Alimentation: Vers une nouvelle réduction de sucre au petit déjeuner
Actualisé

AlimentationVers une nouvelle réduction de sucre au petit déjeuner

Les Suisses devraient déguster à l'avenir des petits déjeuners contenant encore moins de sucre.

Les recettes de yoghourts et de céréales seront réexaminées en vue d'une réduction de la quantité de sucre.

Les recettes de yoghourts et de céréales seront réexaminées en vue d'une réduction de la quantité de sucre.

ARCHIVES, PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Dix producteurs et distributeurs de l'alimentaire se sont engagés auprès du Département fédéral de l'intérieur (DFI) à réexaminer les recettes de yoghourts et de céréales. Les entreprises définiront ensuite, avec l'Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV), des valeurs cibles de réduction à concrétiser ces quatre prochaines années, écrit le DFI.

Elles ont paraphé ce mardi 4 août 2015 une convention - ou «Memorandum of Understanding» - avec le conseiller fédéral Alain Berset au Pavillon suisse à l'Expo de Milan (I). Parmi les sociétés signataires, autant Migros que Nestlé Suisse indiquent via leurs porte-parole qu'elles vont poursuivre leurs programmes de diminution de sucre touchant plusieurs aliments. Rien de nouveau donc: de nombreux produits ont été modifiés en ce sens ces dernières années.

Promesses d'action

L'arrangement conclu à Milan servira de base à des promesses d'action dans le cadre de l'initiative actionsanté. Cette dernière encourage les entreprises promouvant un style de vie sain, sous l'égide de l'OSAV et de l'Office fédéral de la santé publique.

Les signataires sont: bio-familia, Bossy Céréales, Coop, Cremo, Emmi, Migros, Molkerei Lanz, Nestlé Suisse, la société de meunerie E. Zwicky et l'entreprise Wander. Un représentant de la Fédération des industries alimentaires suisses était également présent.

Lutter contre les maladies

Le mémorandum se fonde sur le sixième rapport sur la nutrition en Suisse, paru en 2013. Ce document a montré une forte augmentation, ces dernières années, de la consommation de produits tout préparés et d'aliments semi-préparés.

Souvent inappropriée, la composition de ces denrées alimentaires transformées contribue à une consommation d'énergie, de sel, de matières grasses et de sucre supérieure à l'apport journalier recommandé. La conséquence est une augmentation des cas d'obésité et de maladies non transmissibles comme le cancer, le diabète et les maladies cardio-vasculaires.

(ats)

Votre opinion