Automobilisme: Verstappen - Ricciardo: arrogance contre assurance

Actualisé

AutomobilismeVerstappen - Ricciardo: arrogance contre assurance

Le duel entre les deux pilotes Red Bull s'est achevé dans l'échappatoire à Baku. Des personnalités aussi différentes ne peuvent guère s'entendre.

par
Luc Domenjoz
Verstappen (à g.) et Ricciardo: des coéquipiers qui ne s'apprécient pas vraiment.

Verstappen (à g.) et Ricciardo: des coéquipiers qui ne s'apprécient pas vraiment.

Keystone

Il y a bien plus que leurs huit années de différence pour séparer Max Verstappen de Daniel Ricciardo. Autant le premier se croit-il supérieur au monde que le second s'avère plus réfléchi et plus sympathique. Il est rare que des équipiers soient amis, mais il l'est tout autant qu'ils se montrent aussi différents que les deux pilotes Red Bull.

A son époque déjà, Jos Verstappen, le père de Max, affichait une arrogance inversement proportionnelle à ses résultats en piste. Jos a donc décidé que Max réussirait là où lui-même avait échoué. Formé dès son enfance au karting, ayant débuté en F1 à 17 ans, sûr de son talent, persuadé de devenir champion du monde, Max Verstappen sait qu'il est le meilleur, qu'il a toujours raison et, surtout, que son écurie Red Bull mise son avenir sur lui.

Verstappen soutenu

Malgré les nombreuses erreurs dont il est l'auteur, jamais il ne reçoit de moindre remontrance. Au contraire. Chez Red Bull, sa jeunesse, sa vitesse et son style spectaculaire ne lui valent que des louanges. Dans un tel environnement, comment accepter qu'on lui fasse de l'ombre? Pour lui, il n'est pas question que son équipier Daniel Ricciardo termine devant.

La saison dernière, l'Australien a bouclé le championnat cinquième, avec 32 points de plus que le Néerlandais. «Il brutalise tout de suite la voiture», s'amusait l'Australien pour expliquer les nombreux abandons de son équipier. «Moi, je soigne les préliminaires avant d'attaquer à fond!»

Daniel Ricciardo connaît sa valeur. En 2014, il a largement battu son coéquipier, Sebastian Vettel. Depuis 2016, il observe les performances de Max Verstappen d'un œil tantôt agacé, tantôt amusé - lorsque ce dernier commet des erreurs.

Resistance démesurée

En Chine, il y a quinze jours, l'Australien s'est imposé alors que le Néerlandais entrait en collision en essayant de le rattraper. Pour Max Verstappen, plus question de laisser son équipier terminer encore devant. A Baku, dimanche, il lui a donc opposé une résistance démesurée tout au long de la course. Au 40e tour, Daniel Ricciardo plaçait une troisième attaque sérieuse sur lui lorsque les deux voitures se sont embouties.

Même s'ils sont tous deux responsables de l'accrochage, cet accident ne va guère améliorer leurs relations. Mais Daniel Ricciardo étant annoncé chez Ferrari en 2019, les dirigeants de Red Bull continueront sans doute de soutenir leur jeune prodige même s'il est en tort. Voilà qui ne va pas le pousser à se montrer moins arrogant!

MAX VERSTAPPEN: QUATRE DATES MARQUANTES

Ton opinion