Post-élections: Verts et Vert'libéraux réunissent leurs troupes

Actualisé

Post-électionsVerts et Vert'libéraux réunissent leurs troupes

Les élections fédérales à peine digérées, les deux partis suisses réunissent leurs bases.

Vert'libéraux à Lausanne et Verts à Bümpliz (BE), réunis samedi, reviennent sur leurs défaites aux élections fédérales. Ici sur la photo Martin Bäumle, président des Vert'libéraux, qui prépare son discours.

Vert'libéraux à Lausanne et Verts à Bümpliz (BE), réunis samedi, reviennent sur leurs défaites aux élections fédérales. Ici sur la photo Martin Bäumle, président des Vert'libéraux, qui prépare son discours.

Keystone

Après les frères ennemis de l'UDC et du PBD le week-end dernier, c'est au tour des cousins verts et vert'libéraux, tous deux perdants aux élections du 18 octobre, de tenir leurs assises samedi.

L'assemblée des Vert'libéraux est particulièrement attendue dès la mi-journée à Lausanne. Le président Martin Bäumle reviendra sur les élections fédérales, synonymes de Bérézina pour le PVL. On attend qu'il s'exprime sur son avenir à la tête du parti, plusieurs observateurs misant sur son départ.

Avant de passer aux mots d'ordre pour les prochaines votations fédérales de février, les délégués du PVL auront à examiner leur budget 2016. Ce dernier devrait ressentir les effets de la défaite électorale. Le PVL sera en effet privé d'une manne non négligeable, estimée au quart de ses recettes, en provenance de la Confédération pour le financement de son groupe parlementaire au prorata de son effectif.

Les Verts aussi

Malgré leur défaite électorale d'octobre, les Verts suisses considèrent qu'ils peuvent jouer un rôle important à l'avenir en politique. C'est ce qu'a montré samedi une discussion interne du parti, menée lors de son assemblée des délégués à Berne.

Dans la discussion, il a certes été admis qu'il faut d'abord attendre le résultat des sondages détaillés d'après-scrutin. Mais plusieurs délégués ont exprimé la conviction que la perte de quatre sièges au Conseil national est à mettre sur le compte de circonstances défavorables.

L'ancien conseiller national zougois Jo Lang a relevé que dans les villes, les électeurs jeunes et critiques ne sont guère allés voter, contrairement aux jeunes des régions plus rurales, plutôt orientés vers l'UDC.

Pour Laurent Rebeaud, ancien conseiller national et ancien président des Verts, la direction du parti n'est pas responsable de l'échec électoral - elle a bien travaillé. Jo Lang, lui-même membre de la direction, a au contraire émis des critiques. Pour lui, les Verts n'ont pas réussi à se positionner sur la plus importante question avant les élections: celle du rapport de la Suisse au monde.

La co-présidente du parti Regula Rytz a résumé le débat ainsi: «Nous sommes déçus, mais pas découragés. Nous avons une chance et nous voulons la saisir. Si nous sommes tenaces, nous pourrons de nouveau fêter des succès». A l'avenir, il s'agira de collaborer davantage avec des mouvements issus de la société civile.

L'initiative a abouti

Changement d'ambiance juste après la discussion: les délégués ont soulevé des coupes de champagne et un canon a tiré des confettis dans la salle. Les responsables du parti ont en effet annoncé que l'initiative «pour des aliments équitables», lancée l'année passée, a abouti. Le texte sera déposé le 26 novembre à la Chancellerie fédérale, comme le parti l'avait déjà indiqué il y a un mois.

La conseillère nationale Maya Graf (BL), co-présidente du comité d'initiative, a fait savoir que 124'187 signatures ont été récoltées. Et une fonctionnaire du parti a ajouté que 60'000 ont déjà été validées.

L'initiative va donc assurément aboutir. Elle demande que les normes suisses en matière de protection de l'environnement et des animaux s'appliquent aussi aux aliments importés. Des exceptions peuvent être accordées pour les produits plus fortement transformés, ainsi que pour les fourrages. Na

(ats)

Ton opinion