Actualisé

RomandieVexé, un chauffeur CarPostal se venge et dérape

Un passager vaudois muni de son SwissPass a eu un différend verbal avec le conducteur. Ce dernier lui a alors volontairement fait manquer son arrêt.

par
Frédéric Nejad Toulami
1 / 2
Le lecteur du «Matin» se rend chaque jour de la semaineà son travail en bus puis en train, avec son SwissPass. Sa mésaventure s'est produite le 30 avril dernier.

Le lecteur du «Matin» se rend chaque jour de la semaineà son travail en bus puis en train, avec son SwissPass. Sa mésaventure s'est produite le 30 avril dernier.

Le Matin/Jean-Guy Python
«Je n'ai pas du tout apprécié de me faire traiter de voleur en public», explique Mathieu Clerc, mécontent.

«Je n'ai pas du tout apprécié de me faire traiter de voleur en public», explique Mathieu Clerc, mécontent.

Le Matin/Laurent Crottet

Mathieu Clerc le reconnaît d’emblée: il n’a pas apprécié le tutoiement d’un chauffeur de CarPostal et ses allusions sur sa bonne foi. «Mais quand il m’a traité de voleur publiquement à bord du bus, mon sang n’a fait qu’un tour: je lui ai alors rétorqué que me faire traiter de voleur par une entreprise accusée de détournement me faisait sourire.»

Cette référence aux problèmes que traverse depuis quelques mois CarPostal n’a visiblement pas fait rire le chauffeur, en cette fin de journée du 30 avril dernier, entre Granges-Paccot (FR) et Échallens (VD). Alors que Mathieu avait indiqué qu’il descendait au prochain arrêt, l’employé vexé lui demanda: «C’est ici que tu veux sortir? Alors je vais t’offrir un bout de trajet en plus gratuitement!» Et le bus continua à rouler jusqu’au stop suivant.

Mathieu, qui avait rendez-vous avec sa femme et une de ses jeunes filles, en fut quitte pour rebrousser chemin à pied. Le lendemain, il a alerté CarPostal de l’incident sur le site Web de l’entreprise, avec une photo des plaques du bus en question et le numéro de la ligne. Mais comment en est-on arrivé là? Tout a commencé en avril, quand l’habitant d’Échallens se rend à un guichet fribourgeois des CFF pour renouveler son SwissPass. L’employée encaisse le montant correct mais commet une boulette dans l’indication de la date de validité sans que personne s’en rende compte sur le moment.

Du pragmatisme aux soupçons

C’est une fois à bord des véhicules de CarPostal, utilisés deux fois par jour pour se rendre à son travail puis rentrer chez lui, que Mathieu constate l’erreur. «Ces cartes SwissPass fonctionnent souvent mal avec la machine censée les scanner dans les bus, décrit-il. Il faut à chaque fois faire une manipulation en plus pour que les données à vérifier apparaissent pour les chauffeurs. Certains, habitués à me voir à bord, font confiance et ne scannent plus mon pass.» Mais le 30 avril, le pragmatisme fit place aux soupçons…

Porte-parole de CarPostal, Valérie Gerl atteste que la réclamation de Mathieu leur est parvenue. «Nous avons ouvert une enquête interne, explique-t-elle. Concrètement, le supérieur du conducteur en question l’a convoqué pour obtenir une explication sur le déroulement des faits.» Le chauffeur a admis s’être emporté par «les provocations». Une sanction a été prise à son encontre, d’après Valérie Gerl. Elle conteste toutefois tout bug de scannage des SwissPass dans les bus. «Ces problèmes technologiques initiaux ont déjà été résolus», assure-t-elle.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!