09.12.2016 à 20:55

CHI de GenèveVictoire d'Eric Lamaze devant Steve Guerdat

Eric Lamaze a remporté pour la première fois de sa carrière la finale du Top 10 mondial, au CHI de Genève.

Archives, Keystone

Le Canadien a triomphé devant l'Allemand no 1 mondial Christian Ahlmann et Steve Guerdat.

«C'est incroyable pour moi... Je voulais gagner ce Top 10, je voulais le ramener au Canada, a déclaré sur la piste un Lamaze très ému. J'adore la Suisse mais... vive le Canada! Ce que vous venez de voir, c'est le meilleur de notre sport, le plus grand spectacle possible dans le monde équestre.»

Fine Lady

Cette victoire à couper le souffle est surtout celle de Fine Lady, la monture du Canadien. Car c'était à Genève, en décembre 2015, en prenant la troisième place de l'épreuve du jeudi et ainsi que du Grand Prix le dimanche que Lamaze a compris qu'il tenait un crack. «Au début, je pensais que Fine Lady n'était faite que pour les plus petites épreuves et puis, quand mon cheval de tête s'est blessé, un ami m'a dit d'essayer. Je l'ai fait et me voilà à gagner des Grands Prix avec elle...»

La jument hanovrienne de 13 ans, après avoir brillé à Palexpo l'an passé, a continué sa progression jusqu'à s'offrir un podium aux JO de Rio (médaille de bronze). Quelle trajectoire inattendue!

Celle du Corbinian de Steve Guerdat n'est pas mal non plus. Le couple vainqueur de la Coupe du monde au printemps dernier à Göteborg a lui aussi terminé sans faute dans cette finale de haut vol. Sans peut-être prendre tous les risques. «C'est toujours possible de faire plus mais c'était difficile», a estimé Guerdat, qui avait remporté le Top 10 en 2010 sur Jalisca Solier.

«J'aurais pu prendre plus de risques dans le mur et sur le dernier obstacle, mais je suis heureux car le cheval a très bien sauté. Je suis très content, c'est une magnifique récompense pour mes propriétaires et moi.»

Difficile en effet d'être déçu tant le niveau était élevé vendredi soir, avec pas moins de six partants sur dix qui avaient déjà triomphé une fois de cette finale. Comme Christian Ahlmann, sacré quelques minutes avant son deuxième passage meilleur cavalier de l'année et qui avait emporté le morceau à Genève en 2012 sur le même Taloubet Z (16 ans) qu'il a monté pour cette édition.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!