Turquie: Vienne ne veut plus d'Ankara dans l'UE
Publié

TurquieVienne ne veut plus d'Ankara dans l'UE

Le chancelier autrichien Christian Kern a appelé mercredi l'UE à cesser les pourparlers d'adhésion de la Turquie.

1 / 151
La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)

La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)

AFP
Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)

Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)

Keystone
AK Party members stand in front of shoes symbolizing victims of the September 12, Turkish coup d'Etat as they take part in a rally to commemorate the 38th of the event in front of the Ulucanlar prison in Ankara, on September 13, 2018. (Photo by ADEM ALTAN / AFP)

AK Party members stand in front of shoes symbolizing victims of the September 12, Turkish coup d'Etat as they take part in a rally to commemorate the 38th of the event in front of the Ulucanlar prison in Ankara, on September 13, 2018. (Photo by ADEM ALTAN / AFP)

Keystone

Le chancelier autrichien Christian Kern a appelé mercredi l'UE à cesser les pourparlers d'adhésion de la Turquie. Le ministre turc des Affaires européennes, Omer Celik, s'est dit troublé jeudi par la proximité entre ces propos et les positions de l'extrême droite.

«La critique est assurément un droit démocratique, mais il doit y avoir une différence entre critiquer la Turquie et être contre la Turquie», a déclaré M. Celik devant la presse à Ankara.

Christian Kern a estimé mercredi soir que «les normes démocratiques turques sont loin d'être suffisantes pour justifier une accession» de la Turquie à l'UE, alors qu'Ankara mène une purge d'ampleur à la suite du putsch avorté du 15 juillet. «Nous devons faire face à la réalité: les négociations d'adhésion ne sont plus que de la fiction», a-t-il ajouté devant les médias autrichiens.

L'adhésion de la Turquie à l'UE connaissait déjà des problèmes depuis que le président turc Recep Tayyip Erdogan a suggéré de rétablir la peine de mort.

Discussions au sommet européen

Le chancelier autrichien a déclaré qu'il voulait un débat sur le sujet lors du Conseil européen le 16 septembre. Il préconise plutôt à l'UE de chercher de «nouvelles solutions alternatives» pour aider l'économie turque à se rapprocher des exigences européennes.

La Turquie «reste un partenaire important dans les questions de sécurité et d'intégration», a indiqué Christian Kern, soulignant le rôle clé du pays dans la crise des migrants.

En mars, Ankara et l'UE ont signé un pacte destiné à tarir les traversées de migrants des côtes turques vers les îles grecques, et qui permet le renvoi en Turquie des migrants, en échange de contreparties politiques et financières, dont l'accélération des négociations d'adhésion.

(ats/afp)

Votre opinion