26.09.2015 à 20:23

GenèveVieux de 450 ans, le collège Calvin a fini sa mue

La fin de vingt ans d'études et de travaux a été célébrée samedi, en présence des autorités, des professeurs et des élèves, anciens et actuels.

L'édifice, qui a continué d'abriter les cours durant le chantier, marie aujourd'hui ancien et moderne.

L'édifice, qui a continué d'abriter les cours durant le chantier, marie aujourd'hui ancien et moderne.

Keystone

Construit entre 1558 et 1562, le collège Calvin, dans la vieille ville de Genève, est classé depuis 1921. Avec l'Hôtel-de-Ville et la cathédrale, il est l'un des principaux emblèmes du patrimoine architectural genevois. Jean Calvin l'avait fondé lors de l'instauration de la Réforme, estimant que le protestantisme allait de pair avec l'éducation.

L'édifice a fait l'objet d'une rénovation totale, fruit de vingt ans d'études préliminaires, puis de travaux, pour un coût total de 20 millions de francs.

Samedi, les invités – autorités, élèves anciens et actuels, professeurs – ont pu découvrir une magnifique toiture de 165'000 tuiles, 155 lucarnes entièrement d'origine et, sous les toits, une charpente de poutres en chêne, la plus ancienne de Genève. Le plancher du grenier est d'époque.

Pendant plus de 450 ans, les bâtiments ont abrité un établissement scolaire sans interruption. L'édifice du XVIe siècle a été agrandi par une aile au XIXe siècle. Même pendant les travaux de rénovation, qui se sont déroulés de 2006 à 2015, les cours se sont poursuivis.

Mariage réussi de l'ancien et du moderne

Dans les étages, des salles de classe lumineuses, bourrées d'écrans d'ordinateurs, montrent que l'ancien et le moderne, le beau et l'utile, peuvent se marier avec élégance. La propreté des lieux est impressionnante, alors que les couloirs étaient sinistres il n'y a pas si longtemps, se rappelle un ancien professeur. Quelque 800 élèves de 15 à 19 ans et 120 enseignants y travaillent aujourd'hui.

«Le collège a formé d'abord des pasteurs et des missionnaires, et seulement des garçons. Il a fallu attendre 1847 pour qu'une école des filles soit ouverte à Genève et 1969 pour que la mixité soit introduite», a rappelé la vice-présidente du Conseil d'Etat en charge du Département de l'instruction publique Anne Emery-Torracinta.

La restauration de l'enveloppe extérieure a coûté 10 millions et les rénovations intérieures 10 autres millions. Trente entreprises différentes se sont relayées, sous la direction de six conseillers d'Etat et de quatre conservateurs, pour redonner tout son lustre à un joyau de l'architecture genevoise.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!