Football - Villarreal sort Arsenal, Manchester United assure
Actualisé

FootballVillarreal sort Arsenal, Manchester United assure

Villarreal s’est qualifié pour sa première finale de Ligue Europa en éliminant Arsenal, privé de Granit Xhaka. Malgré leur défaite contre l’AS Rome (2-3), les Red Devils n’ont pas tremblé.

Les joueurs de Villarreal célèbrent leur qualification au coup de sifflet final.

Les joueurs de Villarreal célèbrent leur qualification au coup de sifflet final.

AFP

Soirée historique pour Villareal. Vainqueur d’Arsenal au match aller (2-1), le club espagnol a conservé son avantage ce jeudi à l’Emirates Stadium (0-0) et se qualifie pour sa première finale de Ligue Europa.

Privés de Granit Xhaka (qui s’est blessé à l’échauffement), les Gunners risquent de revoir défiler dans leur tête les images du poteau trouvé par Pierre-Emerick Aubameyang à un peu plus de dix minutes de la fin. Sur une remontée de balle rapide sur le flanc droit, Hector Bellerin avait adressé un centre et le Gabonais s'était élevé plus haut que deux adversaires pour reprendre le ballon d'une tête piquée qui a été repoussée par le montant droit de Geronimo Rulli (79e). Aubameyang avait déjà vu une volée fouettée de l'extérieur du droit toucher l'extérieur du poteau en première période (39e).

Mais Mikel Arteta a eu beau se prendre la tête à deux mains, le résultat final reflète assez bien la prestation de son équipe, qui a tardé à se montrer vraiment pressante. Les Londoniens, 9e en championnat et distancés dans la course à l'Europe, savaient pourtant qu'ils n'avaient plus que ce match pour sauver leur saison et peut-être le poste de leur entraîneur.

Ils sont montés en puissance au fil du match, mais les Espagnols, emmenés par l'ancien entraîneur des Gunners, Unai Emery, n'ont eu qu'à conserver leur sang-froid et leur discipline défensive pour contrer les assauts désordonnés.

Comme beaucoup trop souvent cette saison, mais aussi les précédentes, Arsenal a ronronné, mais jamais griffé.

Pendant presque une heure, les meilleures occasions ont même été pour les Jaunes, par une frappe de Samuel Chukwueze bien détournée pour Bernd Leno (5e), qui avait aussi bien bloqué une frappe un peu écrasée de Gerald Moreno (53e).

Cette défaite signifie avec une quasi-certitude qu'Arsenal ne jouera pas l'Europe la saison prochaine pour la première fois depuis 1995/1996. Un état de fait qui pourrait avoir des conséquences sérieuses sur le train de vie du club pour la saison à venir.

Le sort de Mikel Arteta, ancien capitaine du club et assistant de Pep Guardiola à City, est aussi clairement dans la balance. Les progrès depuis son arrivée il y a 19mois n'ont rien d'évident.

Manchester United perd mais passe

En finale, Villarreal sera opposé à Manchester United qui, sur orbite après sa démonstration de l'aller (6-2), a validé au petit trot sa qualification aux dépens d'une Roma combative qui s'est consolée par une victoire au Stadio Olimpico (3-2).

Edinson Cavani va pouvoir goûter, à 34 ans, à sa première finale européenne, le 26 mai à Gdansk (Pologne). Et l'infatigable attaquant uruguayen des Red Devils l'a bien mérité avec un nouveau doublé (39e, 68e) après celui du match aller. Mais tous les Mancuniens, un brin démobilisés par la qualification quasiment déjà en poche, n'ont pas tous été au diapason du «Matador», en termes de combativité. Les Romains n'ont pas été loin de réussir à emballer le match en début de seconde période en reprenant l'avantage grâce à Edin Dzeko (57e) puis Bryan Cristante (60e), face à une défense apathique.

Sans les deux miracles dans la foulée de David De Gea (61e, 62e), qui sait ce qui aurait pu arriver à ces Mancuniens techniquement et physiquement largement au-dessus mais à la motivation fluctuante?

Endormi sur son confortable matelas de quatre buts d'avance, Man U a ainsi laissé la Roma tenter le coup en début de match. Mais elle n'a pas réussi à ébranler les certitudes mancuniennes. Gianluca Mancini puis Henrikh Mkhitaryan (4e) rataient de près, Lorenzo Pellegrini (7e) puis Pedro (14e) ne cadraient pas, De Gea - déjà - était intraitable devant Pellegrini (34e) puis Mkhitaryan (41e).

Entre-temps, Manchester United avait enfin retrouvé un peu d'agressivité et remis sous pression une arrière-garde romaine toujours aussi fragile. Sur une première récupération, Cavani n'a fait qu'effleurer la transversale (20e). Puis l'Uruguayen a trouvé les gants de Mirante (26e). Mais la troisième balle de but a été la bonne pour «El Matador», parfaitement servi à la limite du hors-jeu par Fred (39e).

La Roma aura eu le mérite de repartir à l'assaut pour marquer deux fois en début de seconde période, profitant de Mancuniens redevenus passifs.

Mais Cavani, lui, a encore faim et il est sorti de sa boîte pour de nouveau assommer les joueurs de Paulo Fonseca (68e), dans ce Stadio Olimpico où il a ses repères, buteur à chacune de ses sorties quand il jouait à Naples.

La Roma se consolera avec la victoire (3-2) offerte par un nouveau venu, le jeune Nicola Zalewski, 19 ans, buteur (83e) quelques instants après son entrée en jeu pour ses débuts en équipe première.

Une victoire aux allures de cadeau d'adieu pour Paolo Fonsca. Le signe que la relève est là pour la nouvelle ère qui va débuter avec l'imperator Mourinho.

(AFP)

Votre opinion