Berne: Violences policières racistes: la Suisse s'engage sans faire trop de bruit

Actualisé

BerneViolences policières racistes: la Suisse s'engage sans faire trop de bruit

La gauche genevoise interpelle le Conseil fédéral sur les violences policières à caractère raciste. Le DFAE a «évoqué le sujet» avec l'Ambassadeur américain le 4 juin. Pas de vague...

par
lematin.ch
A Genève, mardi 9 juin, la manifestation antiraciste contre les violences policières défile devant les drapeaux suisses qui pavoisent les bords du lac. Pendant ce temps, la réaction officielle de la Confédération s'est fait très discrète, ce que regrettent Stéfanie Prezioso Batou (EAG/GE) et Nicolas Walder (Verts/GE)

A Genève, mardi 9 juin, la manifestation antiraciste contre les violences policières défile devant les drapeaux suisses qui pavoisent les bords du lac. Pendant ce temps, la réaction officielle de la Confédération s'est fait très discrète, ce que regrettent Stéfanie Prezioso Batou (EAG/GE) et Nicolas Walder (Verts/GE)

Salvatore di Nolfi

«Compte-tenu de la Constitution fédérale selon laquelle la Confédération s'attache à promouvoir le respect des droits de l'Homme, le Conseil fédéral ne devrait-il pas témoigner sa vive inquiétude à l'ambassadeur des USA en Suisse concernant la violation des droits humains à l'égard de la population afro-américaine?» La conseillère nationale Stéfanie Prezioso Batou (EAG/GE) a interpellé lundi le Conseil fédéral à la suite de l'affaire George Floyd aux Etats-Unis. Pour la représentante d'Ensemble à Gauche, c'était l'occasion de relever le silence des autorités fédérales depuis le début de cette affaire.

Une déclaration...

La réponse du chef du Département des affaires étrangères (DFAE), Ignazio Cassis, a été peu loquace: «Concernant la situation actuelle aux Etats-Unis, la Suisse s'est exprimée par une déclaration à l'OSCE (Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe). Dans ce cadre, la Suisse a abordé la discrimination des minorités, ainsi que la violence contre des journalistes. Le DFAE a aussi évoqué le sujet avec l'ambassadeur des Etats-Unis en Suisse le 4 juin.»

La violence des forces de l'ordre

On n'en saura pas plus sur le contenu de cette discussion, mais le conseiller fédéral ajoute: «La Suisse s'engage depuis des années sur le plan international en faveur de la promotion et du respect des droits de l'homme dans le cadre des manifestations pacifiques. Lors de la session de mars 2020 du Conseil des droits de l'Homme, la Suisse a initié une déclaration commune à ce sujet. Elle a été rejointe par une cinquantaine d'autres Etats. Cette dernière thématisait notamment la violence des forces de l'ordre en réponse aux manifestations. »

Discrimination «toxique»

Le conseiller national Nicolas Walder (Verts/GE) a lui aussi interpellé le Conseil fédéral sur des violences similaires en Suisse:« L'assassinat de George Floyd rappelle la toxicité de la discrimination raciale dans les pratiques policières. Le Conseil fédéral ne devrait-il pas saisir cette occasion pour demander l'établissement d'un rapport sur les mesures prises en Suisse pour prévenir les contrôles de personnes discriminatoires et arbitraires?»

Mesures suffisantes en Suisse

Le Conseil fédéral n'en voit pas la nécessité, comme il l'a déjà précisé en 2018 en réponse à un postulat: «Les écoles de police et le corps des gardes-frontière abordent ce thème dans leurs formations. Les mesures prises pour lutter contre les contrôles aux faciès sont déjà suffisamment connues et les mesures prises en Suisse pour prévenir les contrôles de personnes discriminatoires et arbitraires sont suffisantes.»

Eric Felley

Ton opinion