Maroc: Violente manifestation près d'Agadir

Publié

MarocViolente manifestation près d'Agadir

Des émeutes ont éclaté dans la localité de Sidi Bibi, dans la région d'Agadir, après l'intervention des autorités pour démolir des habitations sauvages.

Des habitants d'une localité du sud du Maroc se sont violemment affrontés avec la police mercredi, occasionnant d'importants dégâts matériels.

Les émeutes ont éclaté dans la localité de Sidi Bibi, dans la région d'Agadir, après l'intervention des autorités pour démolir des habitations sauvages bâties pendant la campagne pour les législatives du 7 octobre, a indiqué à l'AFP le représentant de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH) à Agadir, Houcine Oulhous.

«Pendant la campagne, des habitants ont construit illégalement des maisons, les autorités locales étaient au courant mais ont laissé faire. Hier, ces mêmes autorités ont essayé de détruire ces maisons», a expliqué M. Oulhous.

Voitures incendiées

«Les habitants les en ont empêchées, la situation a dégénéré, il y a eu de violentes confrontations avec la police, avec des blessés et des dégâts matériels», a-t-il poursuivi, disant ne pas disposer du bilan précis de ces violences.

«Près de 500 personnes ont tenté d'aller protester au bâtiment de la commune, mais il y avait une douzaine de camionnettes de policiers qui ont violemment dispersé la foule (...), les citoyens ont riposté.»

Des voitures, des autocars ont été incendiés, des guichets bancaires de même que des petits commerces ont été détruits ou endommagés. La foule a également attaqué et incendié un bâtiment de l'administration locale, toujours selon ce même responsable associatif.

Une manière de «faire» des voix

Selon le site d'information locale Machaid, des manifestants ont coupé la route nationale qui traverse la petite localité et ont encerclé la gendarmerie.

Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Intérieur n'avait pas publiquement réagi jeudi en fin d'après-midi à ces informations.

Souvent en période électorale, des responsables locaux tolèrent des constructions illégales pour s'attirer des voix. Il est difficile ensuite de démolir ces maisons, qui contribuent à l'urbanisation sauvage.

(AFP)

Ton opinion