Affaire Élite - Viols chez les top models: Carla Bruni apporte son soutien aux victimes
Publié

Affaire ÉliteViols chez les top models: Carla Bruni apporte son soutien aux victimes

Après les graves accusations d’une quinzaine de femmes contre Gérald Marie, l’ancien directeur de l’agence de mannequins Élite Europe, l’ex-Première Dame s’est exprimée dans le «New York Times»

«Trop c’est trop. Je suis aux côtés de Carré et des autres survivantes de Gérald Marie qui viennent à Paris pour témoigner contre leur agresseur», a déclaré Carla Bruni-Sarkozy

«Trop c’est trop. Je suis aux côtés de Carré et des autres survivantes de Gérald Marie qui viennent à Paris pour témoigner contre leur agresseur», a déclaré Carla Bruni-Sarkozy

AFP via Getty Images

Plusieurs anciennes top models affichent leur soutien envers les victimes potentielles de Gérald Marie. L’ancien directeur de la branche européenne de l’agence de mannequins Élite est accusé de viol et agression sexuelle ainsi que viol et agression sexuelle sur mineur par une quinzaine de femmes. Cette semaine, l’une d’elles, Carré Otis, a livré un récit glaçant aux enquêteurs de la brigade de protection des mineurs, à Paris, sur ce qu’elle aurait subi lorsqu’elle avait 16 ans, dans les années 90. Un autre grand nom de la mode à cette époque, Carla Bruni, sest exprimé à ce sujet dans les colonnes du «New York Times».

«Trop c’est trop. Je suis aux côtés de Carré et des autres survivantes de Gérald Marie qui viennent à Paris pour témoigner contre leur agresseur. Aucune industrie n’est à l’abri des abus sexuels», a-t-elle déclaré dans le journal américain. À propos des conditions auxquelles les jeunes femmes doivent se plier dans l’univers de la mode, l’ex-Première Dame a déploré: «Il y a tant de travail à faire en France et dans le monde pour que les femmes soient protégées des violences sexuelles au travail.»

«Tout était permis»

D’anciennes mannequins comme Paulina Porizkova, Helena Christensen ou encore Karen Elson ont elles aussi affiché leur soutien aux victimes potentielles de Gérald Marie et à Model Alliance, premier syndicat de mannequin à but non lucratif qui les accompagnent. Si elle reconnaît ne pas avoir souffert de telles agressions, Milla Jovovich a décrit «une culture de l’industrie façon Far West où les enfants étaient traités comme des adultes et tout était permis».

Gérald Marie «dément avec consternation ces allégations mensongères et diffamatoires», a indiqué son avocate, Me Céline Bekerman.

(Lematin.ch)

Votre opinion