10.08.2020 à 03:12

PérouVirus: trois indigènes tués lors d’affrontements avec la police

Accusant le gouvernement de négligence vis-à-vis du coronavirus, des indigènes s’en sont pris à une compagnie pétrolière dans la nuit de samedi à dimanche.

La région de Loreto est une des plus vastes et des moins peuplées du Pérou, et une des plus touchées par la pandémie. Les routes étant rares en Amazonie, le gouvernement a parachuté du matériel médical. (Photo Cesar Von BANCELS / AFP)

La région de Loreto est une des plus vastes et des moins peuplées du Pérou, et une des plus touchées par la pandémie. Les routes étant rares en Amazonie, le gouvernement a parachuté du matériel médical. (Photo Cesar Von BANCELS / AFP)

AFP

Des indigènes furieux de la gestion gouvernementale de la pandémie de coronavirus ont attaqué un site exploité par une compagnie pétrolière canadienne en Amazonie péruvienne, où trois assaillants ont été tués lors d’affrontements avec la police, a annoncé dimanche le gouvernement.

«Malheureusement, il n’y a pas deux habitants qui sont morts, on vient de nous dire qu’il y en a trois», a déclaré le ministre de l'Intérieur Jorge Montoya à la radio du RPP, en révisant un précédent bilan.

Six membres des forces de l’ordre et 11 indigènes ont également été blessés, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur. Le «pronostic est réservé» pour six de ces indigènes blessés, selon les autorités péruviennes.

L’affrontement s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche, quand quelque 70 indigènes armés de lances, rendus furieux par les fuites de pétrole à répétition et ce qu’ils estiment être de la négligence gouvernementale à leur encontre dans la gestion de la pandémie, ont tenté de s’emparer d’un campement de la compagnie pétrolière canadienne PetroTal à Bretaña, dans la région de Loreto (nord-est).

Les indigènes exigent que cette entreprise arrête ses activités sur un puits de pétrole qu’ils accusent d’être à l’origine d’une pollution.

«Nos frères n’avaient pas d’armes à feu»

Après ces incidents, PetroTal, qui compte une centaine d’employés dans cette zone, a de son côté annoncé qu’elle y suspendait ses opérations.

L’ORPIO, une association représentant les indigènes de l’Amazonie péruvienne, a déclaré que l’attaque visait «la compagnie pétrolière et l’État à cause de la négligence et de l’abandon» des indigènes, confrontés à «un manque de traitements et de médicaments» face à l’épidémie de Covid-19.

«Nos frères indigènes n’avaient pas d’armes à feu. Ils n’avaient que des lances, comme moyen traditionnel de défense», a indiqué l’ORPIO dans un communiqué. «Ils voulaient prendre le contrôle» du site pétrolier.

La pandémie de coronavirus a très durement touché les dizaines de peuples indigènes qui vivent dans la pauvreté en Amazonie péruvienne. Les autorités estiment qu’à Iquitos, la principale ville de la région, 70% des habitants ont contracté le virus.

La région de Loreto est une des plus vastes et des moins peuplées du Pérou, et une des plus touchées par la pandémie. Les routes étant rares en Amazonie, le gouvernement a parachuté du matériel médical.

Plus de 20’000 personnes sont mortes du Covid-19 au Pérou, en faisant un des pays les plus endeuillés de la planète par la pandémie.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!