Santé: Vitamines et grossesse: dépense inutile
Publié

SantéVitamines et grossesse: dépense inutile

Selon une revue scientifique britannique, les femmes enceintes «feraient bien de résister au marketing» incitant à la prise de suppléments de multivitamines et de minéraux.

Image d'illustration (Septembre 2013)

Image d'illustration (Septembre 2013)

Keystone

Les femmes enceintes «bien nourries» n'ont pas besoin de consommer des cocktails de multivitamines. Elles peuvent, pour la plupart, s'épargner cette «dépense inutile», a souligné mardi la revue scientifique britannique Drugs and Therapeutics Bulletin (DTB).

Ces femmes «feraient bien de résister au marketing» incitant à la prise de suppléments de multivitamines et de minéraux, selon cette revue qui recommande en revanche d'adopter un régime équilibré et de prendre de l'acide folique (vitamine B9) et de la vitamine D, accessibles à des coûts relativement peu élevés.

Les boîtes de suppléments contenant souvent plus de vingt vitamines et minéraux (B1, B2, B3, B6, B12, C, D, E, K, acide folique, iode, magnésium, fer, cuivre, zinc, sélénium etc.) se prévalent de prévenir toutes sortes de problèmes pendant la grossesse. Elles représentent une dépense d'environ 18 euros par mois, selon DTB.

Cette revue mensuelle indépendante relève que les données qui plaident en faveur d'une prise de multivitamines pendant la grossesse proviennent d'études réalisées dans les pays pauvres, où les femmes ont davantage de risques d'être sous-nourries ou mal nourries.

Bien manger

Bien manger, avant et pendant la grossesse, est essentiel pour la santé de la mère et de son bébé à naître. Des carences alimentaires peuvent entraîner diverses complications (pré-éclampsie, retard de croissance intra-utérin, anomalies du tube neural chez le foetus, etc.).

DTB a passé en revue les recherches existant sur les diverses vitamines, pour les confronter aux recommandations des autorités de santé britanniques. Selon la revue, elles démontrent clairement l'intérêt pour les femmes enceintes de prendre de l'acide folique et de façon «moins nette» de la vitamine D.

Les autorités britanniques recommandent la prise de 400 microgrammes d'acide folique par jour avant et pendant les trois premiers mois de la grossesse. Une prise de 10 microgrammes de vitamine D par jour est conseillée pendant la grossesse et l'allaitement.

«Pour les autres suppléments, les bénéfices cliniques manifestes pour les femmes bien nourries n'ont pas été démontrés», relève la revue. «De fortes doses de vitamine A sont même susceptibles de nuire au développement du foetus», avertit-elle.

(ats)

Votre opinion