Actualisé

ParisVladimir Poutine à l'Elysée

Le président russe est arrivé vendredi à 19h00 à l'Elysée, en provenance de Berlin, pour un entretien avec François Hollande, qui sera suivi d'un dîner de travail et d'une conférence de presse conjointe.

François Hollande accueille Vladimir Poutine.

François Hollande accueille Vladimir Poutine.

AFP

Comme il l'avait fait avec la chancelière allemande Angela Merkel, rencontrée préalablement à Berlin, le dirigeant russe devait s'entretenir avec le président français essentiellement de la situation en Syrie.

A Berlin, Vladimir Poutine et Angela Merkel ont tous deux plaidé pour une «solution politique» en Syrie où apparaissent des signes «précurseurs» de guerre civile, selon le dirigeant russe.

Le 29 mai, lors de sa première interview télévisée depuis sa prise de fonction, le chef de l'Etat n'avait pas exclu une intervention armée en Syrie, mais à condition qu'elle se fasse sous mandat de l'Onu.

«Autres solutions»

Alors que Moscou est fermement opposé à toute intervention étrangère contre le régime du président syrien Bachar el-Assad, François Hollande avait dit qu'il lui revenait, comme «à d'autres, de convaincre Russes et Chinois» de ne pas mettre leur veto à une telle opération.

Toutefois, le président français privilégie «d'autres solutions», comme une durcissement des sanctions, auquel les Russes sont également opposés.

Doutes de Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a mis en doute vendredi à Paris l'efficacité de sanctions qui seraient prises par le Conseil de sécurité de l'ONU contre le régime syrien, une option défendue par son homologue français François Hollande.

(AFP)

Votre opinion