Actualisé 28.11.2014 à 18:13

RailVoici les huit projets pour améliorer le trafic d'ici 2030

Les cantons souhaitent notamment introduire la cadence au quart d'heure entre Genève et Lausanne.

A Genève, les directeurs cantonaux souhaitent introduire la cadence au quart d'heure sur le cœur du RER franco-valdo-genevois.

A Genève, les directeurs cantonaux souhaitent introduire la cadence au quart d'heure sur le cœur du RER franco-valdo-genevois.

Archives, Keystone

Les cantons suisses veulent densifier le réseau ferroviaire régional. Ils ont remis à l'OFT leurs projections d'offres pour l'horizon 2030. Les cantons de Suisse occidentale, réunis au sein de la Conférence des directeurs cantonaux des transports de Suisse occidentale (CTSO), souhaitent notamment introduire la cadence au quart d'heure entre Genève et Lausanne.

Les sept cantons membres de la CTSO (Berne, Fribourg, Genève, Jura, Neuchâtel, Valais et Vaud) ont identifié 90 mesures et présenté huit projets clés à réaliser pour faire face à l'augmentation prévisible de la demande en trafic régional, souligne vendredi la CTSO.

«A ce stade, aucune évaluation des coûts n'a été effectuée», a indiqué à l'ats Jacques Melly, président de la CTSO. «Lors de cette première étape urgente, il s'agissait d'abord d'analyser globalement les besoins des différentes régions».

Suite à l'approbation par le peuple du plan de financement et d'aménagement ferroviaire (FAIF) le 9 février dernier, il appartient aux cantons, en collaboration avec les entreprises de transport, de définir l'architecture de l'offre ferroviaire régionale, rappelle la CTSO.

Le territoire a ainsi été scindé en six régions de planification: Suisse orientale, Suisse occidentale, Suisse du Nord-Ouest, Suisse centrale, Zurich et le Tessin. Les cantons avaient jusqu'à vendredi pour remettre leur projet d'offre pour 2030 à l'Office fédéral des transports (OFT).

Cadence au quart d'heure

Pour la Suisse romande, huit projets clés - déterminants pour faire face à l'augmentation de la demande - ont été sélectionnés et validés à l'unanimité par l'organisation.

Les directeurs cantonaux souhaitent notamment introduire la cadence au quart d'heure pour les RegioExpress entre Genève et Lausanne. Ce développement est primordial pour répondre aux surcharges planifiées à l'horizon 2030, soulignent-ils.

A Genève, les directeurs cantonaux souhaitent introduire la même cadence sur le coeur du RER franco-valdo-genevois. Dans le canton de Vaud, l'offre RER dans la Broye devrait être renforcée.

Liaison directe à Neuchâtel

Dans le canton de Fribourg, la CTSO souhaite introduire la cadence au quart d'heure dans l'agglomération du chef-lieu, pour les branches vers Givisiez, Guin et Rosé. En Valais, une cadence à la demi-heure devrait être appliquée au RER de la ligne CFF du Simplon.

Les cantons de Suisse occidentale espèrent également créer une liaison directe au quart d'heure entre Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds, à l'image du projet TransRUN, refusé en 2012 par la population.

Enfin, dans le canton de Berne, il s'agira d'augmenter les capacités sur les lignes surchargées dans les agglomérations de la capitale fédérale et de Bienne. La cohérence et la complémentarité entre l'offre grandes lignes et l'offre régionale dans l'Oberland et la vallée de l'Aar devront également être assurées.

Dans le reste du pays aussi

En Suisse alémanique, les cantons souhaitent également plus de trains, une amélioration des cadences et de meilleures connexions dans les gares. Zurich prévoit par exemple d'étendre son réseau de RER pour faire face à la demande croissante d'ici 2030.

La Conférence des transports publics de Suisse centrale souhaite davantage de trains sur la ligne Zurich-Zoug-Lucerne-Sursee et veut étendre la cadence à la demi-heure ou au quart d'heure dans toute la région. Dans l'est du pays, les cantons souhaitent notamment améliorer le trafic d'agglomération.

La région de la Suisse du Nord-Ouest souhaite introduire une fréquence à la demi-heure sur pratiquement toutes les lignes. De son côté, le Tessin demande entre autres la réalisation de la ligne entre Lugano et Bioggio.

Évaluation de l'OFT

L'OFT va maintenant évaluer les projets soumis par les différentes régions, fixera ses priorités et les estimera financièrement. Il appartiendra ensuite au Parlement, normalement en 2018, de se prononcer sur la base d'une proposition du Conseil fédéral.

Pour Matthias Michel, président de la Conférence des directeurs cantonaux des transports publics (CTP), la Confédération sera obligée de fixer des priorités. «En additionnant toutes les propositions, il apparaît logique que toutes ne seront pas finançables», relève-t-il.

Déjà avant 2030, de nombreux projets seront réalisés, notamment grâce au plan FAIF, doté de 6,4 milliards de francs. Les cantons doivent participer aux coûts à hauteur de 500 millions, mais ils n'ont pour l'heure pas réussi à se mettre d'accord sur la clé de répartition. Les discussions sont encore ouvertes, indique Jacques Melly.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!