Publié

FranceVol d'une stèle des «promesses non tenues» de Nicolas Sarkozy

Une stèle en marbre installée en 2008 autour de l'usine Arcelor Mittal en France a été volée mercredi en France. Elle rappelait les promesses non tenues de Sarkozy, après une vague de licenciements.

La moitié des employés de l'usine avaient été licenciés en 2008.

La moitié des employés de l'usine avaient été licenciés en 2008.

Keystone

Des inconnus ont arraché et volé la stèle installée par le syndicat CFDT devant l'usine ArcelorMittal de Gandrange, en Moselle.

Cette plaque avait été déposée pour rappeler les promesses sans suite faites par Nicolas Sarkozy pour le maintien de l'activité sur le site.

Le vol a été découvert mardi, a-t-on appris mercredi auprès de la CFDT. Cette plaque de granit de 1,20 m sur un mètre avait été inaugurée le 4 février 2009, un an après le passage du président de la République dans l'usine où la fermeture annoncée de deux installations, l'aciérie et le train à billettes, devait faire disparaître la moitié des 1100 emplois.

Une stèle gênante

«Ici reposent les promesses de Nicolas Sarkozy», avait fait inscrire la syndicat sur la plaque qui rappelait encore cette phrase du président: «Avec ou sans Mittal, l'Etat investira dans Gandrange». C'était sans compter avec la volonté de l'actionnaire qui a mené à terme son projet dans l'année qui a suivi.

«Cette plaque embêtait beaucoup de monde», a dit Patrick Auzanneau, représentant de la CFDT d'ArcelorMittal au niveau national. «C'était devenu un lieu de pèlerinage. Il y a même Christine Boutin qui y avait déposé des fleurs. C'était devenu n'importe quoi», a-t-il ajouté.

La présidente du Parti chrétien-démocrate, qui est candidate à l'élection présidentielle, s'était rendue sur place le 22 décembre. Un autre candidat, le socialiste François Hollande, est annoncé sur le site le 17 janvier.

(ats)

Ton opinion