Océan indien: Vol MH370: les recherches finiront fin mai
Publié

Océan indienVol MH370: les recherches finiront fin mai

Les recherches lancées dans l'océan Indien pour retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu en 2014 avec 239 personnes, s'achèveront le 29 mai.

1 / 30
L'ancien Premier ministre australien Tony Abbott a affirmé que de «très hauts» responsables malaisiens avaient soupçonné tout au début le pilote du Boeing 777 de la Malaysian Airlines (vol MH370) d'avoir délibérément causé la catastrophe survenue il y a près de six ans. (Mercredi 19 février 2020)

L'ancien Premier ministre australien Tony Abbott a affirmé que de «très hauts» responsables malaisiens avaient soupçonné tout au début le pilote du Boeing 777 de la Malaysian Airlines (vol MH370) d'avoir délibérément causé la catastrophe survenue il y a près de six ans. (Mercredi 19 février 2020)

Keystone
Ghyslain Wattrelos, qui a perdu quatre proches dans la catastrophe, a annoncé que les enquêteurs en charge du dossier de la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines espèraient se rendre prochainement aux Etats-Unis. (Vendredi 19 octobre 2018)

Ghyslain Wattrelos, qui a perdu quatre proches dans la catastrophe, a annoncé que les enquêteurs en charge du dossier de la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines espèraient se rendre prochainement aux Etats-Unis. (Vendredi 19 octobre 2018)

AFP
Les recherches pour retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu en 2014 avec 239 personnes à bord, s'arrêteront le 29 mai. (23 mai 2018)

Les recherches pour retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu en 2014 avec 239 personnes à bord, s'arrêteront le 29 mai. (23 mai 2018)

archive/photo d'illustration, Keystone

Le Boeing 777 de la compagnie malaysiennes'était volatilisé le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin.

Les premières recherches maritimes coordonnées par l'Australie -les plus importantes de l'histoire de l'aviation- avaient été suspendues en janvier 2017.

Aucune trace de l'appareil n'a été trouvée dans la zone de recherches de 120'000 km2 explorée dans le sud de l'océan Indien au large de l'Australie, sur la base d'analyses satellite de la trajectoire possible de l'appareil après qu'il a dévié de sa route théorique.

Sous la pression des familles des disparus, l'ancien gouvernement malaisien avait alors conclu un accord avec Ocean Infinity, société privée spécialisée dans la recherche sous-marine. Celle-ci ne devait être rémunérée que si elle parvenait à retrouver l'avion ou ses boîtes noires.

Ocean Infinity se concentrait sur une nouvelle zone de recherches, vaste de 25'000 km2, située au nord de la précédente, dans le sud de l'Océan Indien.

Son bateau, le Seabed Constructor, qui bat pavillon norvégien, est équipé de huit drones munis de sonars et de caméras capables de plonger jusqu'à 6000 mètres de profondeur.

Le ministre malaisien des Transports Anthony Loke, qui appartient au nouveau gouvernement arrivé au pouvoir après les élections du 9 mai, a indiqué que les recherches d'Ocean Infinity auraient dû se terminer en avril mais avaient continué.

«Les recherches se poursuivront jusqu'au 29 mai», a déclaré aux journalistes Anthony Loke.

Près de 20 débris trouvés

Auparavant, le nouveau premier ministre Mahathir Mohamad avait indiqué que le contrat avec Ocean Infinity était en cours de révision.

Grace Nathan, une avocate malaisienne dont la mère Anne Daisy était à bord du MH370, a déclaré que l'annonce de mercredi n'était pas une surprise mais estimé que le gouvernement devrait laisser sur la table la possibilité pour une autre société de reprendre les recherches selon le même principe, qui est que la rémunération est subordonnée au résultat.

«Nous ne pouvons pas dire (au gouvernement) ce qu'il doit faire mais pour moi et les familles, trouver l'avion est important pour beaucoup de raisons», a-t-elle dit à l'AFP.

Une vingtaine de débris découverts sur le littoral de l'océan Indien au large de l'Afrique de l'Est -loin de la zone de recherches- ont été identifiés comme appartenant probablement ou certainement à l'appareil.

(AFP)

Votre opinion