RDC - L’éruption du Nyiragongo a fait 32 morts
Publié

RDCL’éruption du Nyiragongo a fait 32 morts

Les habitants de Goma vivaient dans la peur, mardi, alors que des fissures apparaissent dans la ville depuis le réveil du volcan Nyiragongo, samedi, en République démocratique du Congo.

1 / 24
Un lac de lave est réapparu dans le cratère du volcan Nyiragongo, sans constituer un danger imminent, quatre mois après l’éruption qui avait causé la mort de 32 personnes dans l’est de la République démocratique du Congo. (Dimanche 26 septembre 2021)

Un lac de lave est réapparu dans le cratère du volcan Nyiragongo, sans constituer un danger imminent, quatre mois après l’éruption qui avait causé la mort de 32 personnes dans l’est de la République démocratique du Congo. (Dimanche 26 septembre 2021)

AFP
Les autorités de la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont annoncé étudier un «probable retour» des habitants à Goma, évacués le 27 mai dernier par crainte d’une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo. (Jeudi 3 juin 2021)

Les autorités de la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont annoncé étudier un «probable retour» des habitants à Goma, évacués le 27 mai dernier par crainte d’une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo. (Jeudi 3 juin 2021)

AFP
Le volcan reste actif et les autorités craignent une «éruption limnique». Si de la lave s'écoule sous le lac Kivu, il y aura assurément des milliers de victimes. L'Observatoire de volcanologie de la ville de Goma n'écarte pas ce scénario cauchemardesque. (2 juin 2021)

Le volcan reste actif et les autorités craignent une «éruption limnique». Si de la lave s'écoule sous le lac Kivu, il y aura assurément des milliers de victimes. L'Observatoire de volcanologie de la ville de Goma n'écarte pas ce scénario cauchemardesque. (2 juin 2021)

AFP

De forts tremblements de terre à répétition étaient toujours ressentis, mardi, dans la ville de Goma, au pied du volcan Nyiragongo, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a constaté un correspondant de l’AFP. Comme la veille, des séismes continuaient de secouer la région toutes les dix à vingt minutes, certains de forte intensité, alimentant la peur des habitants.

Au moins deux longues fissures sont apparues mardi dans la ville de Goma, large de quelques dizaines de centimètres par endroits, ont fracturé le sol en pleine ville. Le bilan humain de l’éruption s’élève à 32 morts, mardi.

Entre 900 et 2500 habitations ont été détruites par les coulées de lave lors de l’éruption samedi du volcan Nyiragongo, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué à l’AFP Raphaël Ténaud, sous-chef de délégation du Comité international de la Croix rouge (CICR) à Goma. Ce qui peut être estimé, au bas mot, à au moins 5000 personnes désormais sans foyer, a expliqué Raphaël Ténaud.

«La situation est confuse»

Des fissures, larges de quelques centimètres, mais longues de plusieurs mètres, sont apparues sur le sol et la chaussée en plusieurs endroits de la ville, notamment à côté de l’hôpital général, a-t-on constaté. «La situation est confuse dans la ville, les gens hésitent. Il y a ceux qui rentrent, ceux qui repartent, c’est toujours la peur», a résumé un habitant angoissé.

«Les secousses sont très intenses. On a tous dormi dehors sous des moustiquaires, beaucoup d’habitants aussi, qui ont peur que leur maison ne s’effondre. Des fissures sont apparues sur les murs de notre bureau», s’alarmait cette source.

Le RSM (Rwanda sismic monitor), l’organisme public en charge de la surveillance sismique au Rwanda voisin, a enregistré dans la zone, juste entre 8 heures et 10 heure heure suisse une dizaine de séismes, de magnitude 2,6 à 3,3. Au cours de la nuit, le plus fort tremblement a eu lieu à 23H30, d’une magnitude de 4,3, dont l’épicentre était situé sous le lac Kivu, toujours selon le RSM.

De nombreuses habitations ont été englouties par cette langue de lave.

De nombreuses habitations ont été englouties par cette langue de lave.

Reuters

De nombreuses maisons englouties

Samedi soir, le volcan Nyiragongo, dont les sombres pentes majestueuses dominent Goma et le lac Kivu, est entré soudainement en éruption, provoquant la peur et la fuite des populations. Deux coulées de lave se sont échappées à 1800 mètres d’altitude de ses flancs, dont une est arrivée jusqu’à la lisière de Goma, où elle s’est immobilisée, dimanche matin.

De nombreuses habitations ont été englouties par cette langue de lave s’étendant sur des centaines de mètres, qui a par ailleurs coupé sur un kilomètre la route reliant Goma à Butembo, la principale du Nord-Kivu et un axe important du commerce régional.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires