Noiraigue (NE): «Voler des dealers, c'est moins grave que de voler des gens honnêtes»

Actualisé

Noiraigue (NE)«Voler des dealers, c'est moins grave que de voler des gens honnêtes»

Deux individus ont été condamnés mercredi dernier pour avoir menacé, forcé à se ligoter et dépouillé deux vendeurs de drogue.

par
K.A.
Photo d'illustration

Photo d'illustration

iStock

Deux dealers dépouillés... C'est le monde à l'envers! Les faits remontent à février 2016 à Noiraigue (NE).

Ces derniers avaient alors été «menacés, forcés à se ligoter et dépouillés d'un bocal contenant environ cinquante grammes de cannabis dans des sachets prêts à la vente et quelques centaines de francs à leur domicile», rapporte «Arc Info». Les coupables: Ilir*, 27 ans, et Swan*, 24 ans, dont le procès s'est déroulé le 21 mars dernier au Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry (NE).

Les deux prévenus ont écopé respectivement d'une peine de prison d'un an ferme et d'un an avec sursis pendant trois ans. Pour sa défense, Ilir a expliqué que «dans sa tête, voler des dealers, c'est moins grave que de voler des gens honnêtes». Il a également souligné qu'il a agi «aussi un peu par vengeance» parce qu'«il n'aime pas Enzo* [NDLR: l'un des deux dealers]». Il semblerait que les deux hommes auraient eu un désaccord lors de la création d'un clip de rap. De son côté, Swan a suivi Ilir - qui l'a persuadé qu'il y avait beaucoup d'argent à se faire autour de cette vidéo - par «l'appât du gain».

Deux ans après les faits, les prévenus se sont défendus en expliquant à la juge Nathalie Kocherhans «qu'ils voulaient aller de l'avant et qu'ils n'avaient commis aucune nouvelle infraction». Mais, le procureur Fabrice Haag ne semblait pas du même avis. Il a estimé «qu'ils étaient en totale perdition».

«Depuis que ma mère est malade, je vois les choses différemment», s'est ému Ilir. «Aujourd'hui qu'on m'a enfermé, je ne le referais plus», a affirmé pour sa part Swan.

*Prénoms d'emprunt

Ton opinion