Automobile – Volkswagen convertit son mythique Combi en van électrique
Publié

AutomobileVolkswagen convertit son mythique Combi en van électrique

Véhicule phare du constructeur allemand, prisé par les surfeurs, le Combi se met au goût du jour. VW va lancer la version électrique, ce mercredi soir.

Le Combi de Volkswagen, véhicule mythique.

Le Combi de Volkswagen, véhicule mythique.

AFP

Symbole de liberté et de road trips sans limite, le Combi Volkswagen est de retour: la marque allemande dévoile une version électrique de son légendaire van en espérant séduire la génération écolo, et pourquoi pas les amateurs des modèles historiques. Le constructeur présente ce mercredi soir ce nouveau véhicule, baptisé «ID.Buzz», membre de la famille «ID», gamme électrique phare dans laquelle Volkswagen investit plusieurs dizaines de milliards d’euros. Faire «revivre» cette «icône» était, pour le patron Herbert Diess, «une priorité», a-t-il récemment assuré sur le forum en ligne Reddit.

Empruntant les formes rondes des premiers modèles qui ont fait la gloire du minibus dans les années 1960 et 1970, cette version électrique «incarne le tournant de Volkswagen», juge Ferdinand Dudenhöffer, expert du secteur automobile allemand. En plus du modèle tourisme qui «sert à l’image» de la marque, VW présentera la version utilitaire de la camionnette: un modèle «particulièrement important», qui représente «un plus grand marché».

Les surfeurs l’adorent

La camionnette à moteur arrière est née de l’inspiration d’un importateur néerlandais, Ben Pon. Lors d’une visite au siège de Volkswagen, à Wolfsburg (nord), en 1947, il a remarqué un véhicule bricolé par des ouvriers de l’usine pour charger du matériel. Séduit, il en a tiré une esquisse et a fini par convaincre VW, qui démarra la production en série en mars 1950, créant ainsi le deuxième modèle de la jeune histoire du groupe, après la Coccinelle.

La camionnette rondouillarde, symbole de la liberté de penser et de voyager, a eu un succès particulier aux États-Unis, où elle s’est imposée notamment grâce aux surfeurs californiens. Omniprésent dans le film américain à succès «Little Miss Sunshine», le Combi a même eu les honneurs du dessin animé «Cars», de Pixar, où il est représenté sous les traits d’une voiture… hippie.

«Les hippies de la crise climatique»

Volkswagen veut faire fructifier le mythe: le Combi, qui a «contribué à écrire l’histoire du mouvement Flower Power», devient avec cet «ID.Buzz» «une voiture pour la génération Fridays for future», «les hippies de la crise climatique», juge Ferdinand Dudenhöffer.

Reste à convaincre les amateurs de vieux «Bulli» – le petit nom du Combi en allemand – parmi lesquels la version électrique du van fait parler. Le «ID.Buzz» «a repris un peu la forme en V du T1», premier modèle du célèbre bus, relève Mélanie Wolf, 33 ans, membre d’un club de passionnés en Bavière. Avec son compagnon Tobias Toplak, 43 ans, elle voyage régulièrement en Combi version camping-car de 1973 – comme pour un tour de Norvège en 2019.

«Je suis curieux de voir comment Volkswagen réduira le grand écart entre l’esprit du Bulli et le monde hipster», ironise Tobias. Cet esprit, c’est surtout «le sentiment de liberté, l’indépendance», autant de valeurs à ses yeux mises à mal par l’autonomie limitée de la technologie électrique et la dépendance à un réseau de recharge.

Problèmes de recharge, nouvelles aventures

En l’absence de chiffres officiels de la part du constructeur, l’autonomie de l’«ID.Buzz» a été estimée à près de 400 kilomètres lors d’un test du club auto allemand Adac. «Aux plus beaux endroits, au milieu de nulle part, où on passe une nuit, il n’y aura même pas de borne de recharge dans 20 ans», s’exclame Roland Gräbner, 52 ans, fier propriétaire de quatre bus, dont un T3 de 1986 avec lequel «on a déjà traversé l’Europe». Le vieux Combi «est juste si flexible», ajoute sa compagne Britta Kellermann, même si elle trouve «passionnante» l’idée d’un minibus électrique. Avec l’«ID.Buzz», conclut Hans Toma, 62 ans et propriétaire d’un T2 de 1978, «les aventures seront certainement différentes».

(AFP)

Votre opinion

2 commentaires