Publié

AutomobileVolkswagen fait mieux que prévu au 1er trimestre

Au premier trimestre, Volkswagen a dégagé un bénéfice net en hausse de 20,6%.

Volkswagen a dégagé un bénéfice net en hausse de 20,6%.

Volkswagen a dégagé un bénéfice net en hausse de 20,6%.

(photo d'illustration), Keystone

Le numéro un européen de l'automobile, le groupe allemand Volkswagen, a publié ce mercredi 29 avril un bénéfice net en hausse de 20,6% au premier trimestre, faisant mieux que prévu grâce notamment à une hausse des ventes et des changes favorables.

De janvier à mars, le mastodonte aux douze marques, présent tant dans les voitures (Audi, Porsche, VW, Seat, Bentley...) que dans les camions (MAN, Scania), les bus et les motos (Ducati) a dégagé un bénéfice net - part du groupe - de 2,89 milliards d'euros, contre 2,4 milliards un an plus tôt, a-t-il fait savoir dans un communiqué financier.

Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes interrogés par l'agence américaine Bloomberg, qui misaient sur 2,71 milliards.

«Sur le bon chemin»

«Nous avons toujours affirmé que 2015 serait une année exigeante pour l'ensemble de l'industrie automobile et aussi pour nous. Nos chiffres du premier trimestre montrent toutefois que le groupe Volkswagen est sur le bon chemin en dépit des vents contraires», s'est félicité le président-directeur général Martin Winterkorn, cité dans ce communiqué.

Au premier trimestre, le groupe explique avoir notamment profité d'une hausse de ses ventes et d'effets de changes favorables. Ses efforts de réduction des coûts ont également payé.

Conséquence, son chiffre d'affaires a gonflé de 10,3%, à 52,7 milliards d'euros (55 milliards de francs), et son bénéfice opérationnel de 16,6%, à 3,33 milliards d'euros, faisant là encore mieux que ne l'escomptaient les analystes.

Lutte de pouvoir

La demande mondiale de voitures a progressé de 3,7% sur un an, précise Volkswagen, dont les livraisons de voitures ont augmenté en Asie-Pacifique, en Amérique du Nord, ainsi qu'en Europe de l'Ouest et Centrale. En Europe de l'Est et en Amérique du Sud, ses ventes ont en revanche «nettement reculé», ajoute-t-il.

Fort de ces résultats, le groupe a confirmé ses objectifs pour l'ensemble de l'année, à savoir une hausse jusqu'à 4% de son chiffre d'affaires et une marge opérationnelle comprise entre 5,5% et 6,5%, après 6,3% en 2014.

Une note rassurante après le tumulte qui a récemment secoué la direction du groupe. Le président du conseil surveillance Ferdinand Piëch s'est engagé dans une lutte de pouvoir avec le patron Martin Winterkorn, mais a été désavoué et en a tiré les conséquences en remettant sa démission.

(ats)

Votre opinion