Votations 15 mai: vers trois fois oui le 15 mai?
Actualisé

CommentaireVotations: vers trois fois oui le 15 mai?

Selon un premier sondage, les trois objets soumis au vote le 15 mai seraient acceptés. Mais moins fortement pour la loi sur le cinéma, qui risque de devenir le véritable enjeu de ce rendez-vous.

par
Eric Felley
Pour l’instant, le peuple est favorable à la loi qui oblige les plateformes de streaming à investir 4% de leurs chiffres d’affaires dans le cinéma suisse.

Pour l’instant, le peuple est favorable à la loi qui oblige les plateformes de streaming à investir 4% de leurs chiffres d’affaires dans le cinéma suisse.

Getty Images/iStockphoto

Selon le sondage de la SSR, publié vendredi dernier, 63% des personnes interrogées sont favorables à l’introduction du consentement présumé en matière de don d’organes, 63% sont favorables à augmenter la participation de la Suisse à Frontex et 59% soutiennent l’aide au cinéma suisse à travers une participation financière des plateformes de streaming. C’est une bonne nouvelle pour le Parlement et le Conseil fédéral, qui soutiennent les trois objets. Ces derniers temps, ils ont connu un nombre assez élevé de défaites: loi sur le CO₂, loi sur les services d’identification électronique, l’initiative sur le tabac, l’initiative sur les soins infirmiers, la suppression du droit de timbre et enfin l’aide à la presse.

Jeunes libéraux contre vieux cultivés

Certes la campagne n’est pas encore entrée dans le vif des sujets et un retournement de situation est toujours possible, en particulier pour l’aide au cinéma. Ici se déroule une guerre de tranchées, qui rappelle l’initiative No Billag. D’un côté, on trouve les jeunes pousses d’une droite ultralibérale majoritairement alémanique. De l’autre, on trouve des milieux culturels divers, plus âgés, qui vivent en partie de subventions, mieux implantés en Suisse romande.

Prix des abonnements

En mars 2018, après un départ en fanfare dans les sondages, l’initiative No Billag avait été finalement refusée par 71,6% du peuple et tous les cantons. Quatre ans plus tard, le référendum contre la Lex Netflix ne part pas favori, mais il pourrait au fil des débats faire douter les consommateurs. Pour les opposants, il ne fait aucun doute que les plateformes vont répercuter sur les abonnements les 4% que la loi leur demande d’investir dans un cinéma suisse, qu’ils ont tendance à regarder avec condescendance.

18 millions de francs

Combien cela coûterait? À l’aune d’un abonnement mensuel Netflix premium à 24 fr. 90, ces 4% représenteraient une augmentation potentielle de 1 franc. Multiplié par douze sur dix ans, cela commencerait à faire une somme… L’Office fédéral de la culture a calculé que cette loi permettrait d’investir 18 millions de francs supplémentaires par an dans le cinéma suisse, soit un peu plus de 2 francs par habitant. Rarement, le peuple suisse a voté sur des montants aussi faibles. Le résultat permettra de vérifier si, comme on dit, les Suisses sont aussi près de leurs sous.

Votre opinion

20 commentaires