Bienne: «Voulons-nous vivre dans un centre commercial géant?»
Publié

Bienne«Voulons-nous vivre dans un centre commercial géant?»

L’idée de supprimer la publicité dans les rues a été argumentée sans succès par les jeunes socialistes du parlement biennois.

par
Vincent Donzé
L’espace public sert à la publicité commerciale, culturelle et étatique.

L’espace public sert à la publicité commerciale, culturelle et étatique.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Interdire la réclame dans les rues biennoises? L’idée émanait des jeunes socialistes, soutenus par l’écologiste Urs Scheuss qui a déclaré: «Voulons-nous vivre dans un centre commercial géant ou dans une scène culturelle vivante?». Las! Cette requête a été balayée jeudi soir.

La jeune socialiste Nina Schlup a déclenché les hostilités, avec son camarade de parti Levin Koller. Leur démarche consistait à ne pas reconduire les contrats avec la société d’affichage APG/SGA. Selon Nina Schlup, citée par «Le Journal du Jura», la réclame fait la promotion de produits inutiles, crée des besoins factices et nuit à la planète.

Motion nuisible

En face, l’UDC Joël Zumstein (UDC) a jugé la motion nuisible à l’économie locale: «Ce n’est pas la publicité qui crée des besoins, mais bien la demande qui génère l’offre», a-t-il déclaré. Le libéral-radical Bernhard Leuenberger a défendu la liberté d’entreprendre: «Le monde n’est pas seulement composé de mauvais capitalistes et de bons militants pour le climat», s’est-il exclamé, en disant de l’interdiction de la publicité qu’elle est «une voie express pour la dictature».

Le radical romand Pascal Bord (PRR) a fait ses comptes: «Interdire la publicité ferait perdre 900 000 francs par an à la Ville». Son collègue Daniel Suter s’est emporté: «Avec la gauche, c’est toujours pareil: interdire et taxer». Résultat: 31 non contre 19 oui et 8 abstentions.

Votre opinion