Suisse: VW: Amag se défend de toute tromperie
Publié

SuisseVW: Amag se défend de toute tromperie

La SKS a porté plainte à Zurich contre Volkswagen et Amag, réclamant des indemnités entre 3000 et 7000 francs par véhicule, en guise de dommages et intérêts.

1 / 40
Volkswagen a fait un important pas supplémentaire vers le dénouement judiciaire du scandale des moteurs truqués, avec la fin d'une procédure pénale visant les deux plus hauts dirigeants du groupe contre 9 millions d'euros. (19 mai 2020)

Volkswagen a fait un important pas supplémentaire vers le dénouement judiciaire du scandale des moteurs truqués, avec la fin d'une procédure pénale visant les deux plus hauts dirigeants du groupe contre 9 millions d'euros. (19 mai 2020)

AFP
Les résultats 2019 du groupe Daimler ont été plombés par le scandale du Dieselgate. (Mardi 11 février 2020)

Les résultats 2019 du groupe Daimler ont été plombés par le scandale du Dieselgate. (Mardi 11 février 2020)

Keystone
Le gouvernement canadien a accusé lundi Volkswagen d'avoir sciemment importé au Canada des voitures qui ne respectaient pas les normes sur les émissions polluantes. (9 décembre 2019)

Le gouvernement canadien a accusé lundi Volkswagen d'avoir sciemment importé au Canada des voitures qui ne respectaient pas les normes sur les émissions polluantes. (9 décembre 2019)

AFP

Amag réfute les accusations de la Fondation alémanique des consommateurs (SKS) dans le cadre du scandale Volkswagen. L'importateur de VW en Suisse se défend de toute tromperie et souligne avoir pris les mesures adéquates.

A ce titre, Amag souligne avoir immédiatement cessé les ventes des véhicules concernés après avoir pris connaissance de l'affaire dans les médias, le 21 septembre 2015, affirme jeudi l'entreprise établie à Schinznach-Bad (AG) dans une prise de position. Cette dernière juge par ailleurs incompréhensible les calculs de la SKS, selon lesquels les clients lésés ont payé en moyenne 15% de trop.

Plainte déposée

Amag conteste en outre fermement l'affirmation de la SKS, selon laquelle les clients ont enregistré des revenus nettement plus faibles sur le marché de l'occasion. Citant des experts de la branche, l'importateur estime qu'aucun changement de prix significatif n'a pu être constaté.

La SKS a porté plainte jeudi à Zurich contre Volkswagen et Amag. La procédure vise à déterminer si les deux entreprises ont trompé les automobilistes et donc violé le droit helvétique. Si tel est le cas, l'association réclame des indemnités entre 3000 et 7000 francs par véhicule, en guise de dommages et intérêts.

Autre stratégie pour la FRC

La Fédération romande des consommateurs (FRC) a adopté une stratégie différente de celle de la Fondation alémanique des consommateurs (FKS) dans le cadre du scandale Volkswagen. Elle va lancer lundi prochain «une grosse action collective» avec ses partenaires européens.

«Nous étions au courant de la procédure initiée par la SKS, cela fait longtemps que nous discutons», a déclaré jeudi à l'ats Florence Bettschart, responsable politique et droit de la FRC. Approchée, l'organisation de défense des consommateurs n'a finalement pas voulu rejoindre la démarche de son homologue alémanique.

«Nous avons décidé de privilégier une procédure par le biais du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), afin de pouvoir lutter à armes égales au niveau européen», précise Mme Bettschart. Selon elle, il est compliqué de le faire seul en Suisse. «Mais nos démarches sont complémentaires, il s'agit de tisser une toile d'araignée», précise-t-elle.

(ats)

Votre opinion