04.01.2019 à 21:49

Wall Street finit en forte hausse

Etats-Unis

Les mesures chinoises, le rapport solide sur l'emploi aux USA et les propos du patron de la Fed ont redonné le sourire aux investisseurs boursiers.

Wall Street a démarré la séance d'un bon pied grâce au traditionnel rapport mensuel américain sur les créations d'emplois, jugé «spectaculaire».

Wall Street a démarré la séance d'un bon pied grâce au traditionnel rapport mensuel américain sur les créations d'emplois, jugé «spectaculaire».

Keystone

Wall Street a terminé en forte hausse vendredi, poussée par des propos jugés conciliants du patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell sur les taux, ainsi que par un rapport solide sur l'emploi aux Etats-Unis et des mesures chinoises.

Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a bondi de 3,29% à 23.433,16 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 4,26% à 6.738,86 points. L'indice élargi S&P 500 a gagné 3,43% à 2.531,94 points.

Le patron de la Fed a redonné le sourire à des investisseurs déboussolés ces dernières semaines par la politique de hausses de taux de l'institution.

Flexibilité

Lors d'une conférence à Atlanta (Géorgie) réunissant l'actuel président de la Fed et ses deux prédécesseurs, M. Powell a affirmé que «la politique monétaire n'est pas sur une trajectoire pré-établie».

«Nous sommes toujours préparés à changer le cours de notre politique monétaire de façon significative si nécessaire», a poursuivi le président de la Banque centrale, en référence à la politique de hausses de taux et aux inquiétudes qu'elle suscite auprès des investisseurs.

«M. Powell a énormément rassuré sur sa flexibilité», a indiqué Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

«Il s'agit de détails subtils mais les banquiers centraux sont très contraints dans leur capacité à modifier leur communication entre les réunions officielles», a commenté pour sa part Chris Low de FTN Financial. Il a ajouté que «ce sont les éléments que les marchés avaient besoin d'entendre».

Pas de démission

Vilipendé ces derniers jours par Donald Trump en raison de ses choix monétaires, M. Powell a par ailleurs indiqué qu'il ne démissionnerait pas si le président le lui demandait.

Avant la prise de parole de M. Powell, Wall Street avait déjà démarré la séance d'un bon pied grâce au traditionnel rapport mensuel américain sur les créations d'emplois, jugé «spectaculaire» par les analystes de Pantheon Marco.

En décembre, 312'000 postes ont été créés, le salaire horaire moyen a augmenté fortement, et la hausse du taux du taux de chômage à 3,9% à été liée à une augmentation du taux de participation à l'emploi, un élément également perçu positivement.

Wall Street, tout comme les places financières à travers le monde, avait également profité de l'annonce de la Banque centrale chinoise (PBOC) de mesures de soutien à l'économie du pays dans un contexte de guerre commerciale entre Pékin et Washington.

Cet appétit retrouvé des investisseurs pour les actifs risqués faisait nettement reculer le marché obligataire américain, à l'inverse de la séance de jeudi: le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,659% vers 21H20 GMT, contre 2,554% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans à 2,972%, contre 2,903%.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!