Ukraine: Washington demande à Moscou de cesser le feu

Actualisé

UkraineWashington demande à Moscou de cesser le feu

Les Etats-Unis durcissent le ton face à la Russie et exigent de celle-ci qu'elle cesse immédiatement les bombardements dans l'est de l'Ukraine.

1 / 131
Kiev doit chercher à convaincre la Cour internationale de Justice lundi que Moscou soutient le «terrorisme». (Lundi 5 mars 2017)

Kiev doit chercher à convaincre la Cour internationale de Justice lundi que Moscou soutient le «terrorisme». (Lundi 5 mars 2017)

Keystone
Le FMI et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire pour verser une nouvelle aide à ce pays en proie à la crise et à la violence. (Samedi 4 mars 2017)

Le FMI et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire pour verser une nouvelle aide à ce pays en proie à la crise et à la violence. (Samedi 4 mars 2017)

Keystone
Un pompier dégage des débris à la suite des bombardements des forces pro-russes. (Image du 25 février 2017)

Un pompier dégage des débris à la suite des bombardements des forces pro-russes. (Image du 25 février 2017)

AFP

Les Etats-Unis ont appelé dimanche la Russie et les forces séparatistes qu'elle soutient dans l'est de l'Ukraine à «immédiatement» respecter la nouvelle trêve entrée en vigueur le 20 février.

«Nous appelons la Russie et les forces séparatistes qu'elle soutient à immédiatement respecter le cessez-le-feu, à retirer toutes les armes lourdes et permettre un accès complet et sans entraves aux observateurs de l'OSCE», l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, écrit porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, dans un communiqué.

Une forte montée de violence

Seize soldats ukrainiens ont été blessés ces derniers jours lors de nouveaux affrontements dans l'est de l'Ukraine, où un drone de l'OSCE a été saisi vendredi par des rebelles prorusses, a annoncé samedi l'armée ukrainienne. «Les Etats-Unis suivent de près la montée de la violence dans l'est de l'Ukraine ces dernières semaines et l'échec constant des forces séparatistes prorusses à respecter le cessez-le-feu des accords de de Minsk», a précisé le département d'Etat dans un texte au ton particulièrement ferme. «Nous condamnons le ciblage vendredi d'observateurs d'une mission spéciale d'observation de l'OSCE et la saisie d'un drone par les forces séparatistes prorusses. Il est impératif que ces forces cessent leurs attaques contre les infrastructures civiles, y compris la station d'épuration de Donetsk», a-t-il ajouté.

Vendredi, les rebelles prorusses de la République populaire de Donetsk (DNR) autoproclamée ont saisi un drone des observateurs de l'OSCE à environ 16 kilomètres de Donetsk. Ces derniers s'apprêtaient à lancer l'engin pour vérifier des informations sur des tirs contre une station d'épuration, selon l'OSCE. Plus de deux semaines après une flambée de violence ayant fait une trentaine de morts et ayant rendu caduque la dernière trêve en cours, un nouveau cessez-le-feu annoncé par les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et ukrainienne Pavlo Klimkine est entré en vigueur le 20 février. Le conflit dans l'est de l'Ukraine entre rebelles prorusses et troupes ukrainiennes qui s'est déclaré en avril 2014 a déjà fait plus de 10'000 morts.

Des trêves qui ne durent jamais

A l'issue d'une rencontre le 16 février à Bonn avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait proposé de coopérer avec la Russie si cela sert «les intérêts du peuple américain» et demandé à Moscou de respecter l'accord de Minsk en Ukraine. Cet accord de paix signé en 2015 appelait notamment à un «cessez-le-feu immédiat et total» et au retrait rapide des armes lourdes de part et d'autre de la ligne de front. Le document a permis l'instauration de plusieurs trêves, mais les regains de violence sont fréquents

(AFP)

Ton opinion