Publié

Nucléaire coréenWashington sanctionne trois nord-coréens

Sur fond d'impasse dans les négociations sur la dénucléarisation, les Etats-Unis n'ont pas hésité à prendre des sanctions.

1 / 150
Une réunion en présence du leader nord-coréen Kim Jong Un a détaillé «de nouvelles mesures visant à renforcer la dissuasion nucléaire militaire du pays». (Dimanche 24 mai 2020)

Une réunion en présence du leader nord-coréen Kim Jong Un a détaillé «de nouvelles mesures visant à renforcer la dissuasion nucléaire militaire du pays». (Dimanche 24 mai 2020)

AFP
Séoul a minimisé mardi des informations alarmantes sur l'état de santé du leader nord-coréen Kim Jong Un. (21 avril 2020)

Séoul a minimisé mardi des informations alarmantes sur l'état de santé du leader nord-coréen Kim Jong Un. (21 avril 2020)

AFP
La Corée du Nord a menacé lundi d'interrompre le dialogue avec les États-Unis alors que le chef de la diplomatie américaine s'est dit impatient que les négociations reprennent. (31 mars 2020)

La Corée du Nord a menacé lundi d'interrompre le dialogue avec les États-Unis alors que le chef de la diplomatie américaine s'est dit impatient que les négociations reprennent. (31 mars 2020)

AFP

Les Etats-Unis ont imposé lundi des sanctions financières à trois hauts responsables nord-coréens pour violations des droits de l'homme, a annoncé le Département du trésor. Parmi eux figure Ryong Hae-choe, un très proche conseiller du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

L'homme dirige le département de la supervision et de l'organisation du parti des travailleurs de Corée, le parti au pouvoir en Corée du Nord. Les autres responsables visés sont Kyong Thaek-jong, ministre de la sécurité d'Etat, et Kwang Ho-pak, directeur du département de la propagande et de l'agitation, a précisé le département du trésor sur son site internet.

Ces mesures - gel des actifs sous juridiction américaine, interdiction de transaction avec toute personne résidant aux Etats-Unis - ont été prises en réponse aux violations des droits de l'homme et à la censure exercée par Pyongyang.

Travail forcé, torture et viols

Elles coïncident avec la publication du rapport semestriel du département d'Etat sur les violations des droits de l'homme en Corée du Nord.

«Les abus contre les droits de l'homme en Corée du Nord demeurent parmi les pires au monde et comprennent des exécutions extrajudiciaires, du travail forcé, de la torture, des détentions arbitraires prolongées, des viols, des avortements forcés et d'autres violences sexuelles», a déclaré un porte-parole du département d'Etat, dans un communiqué joint au rapport.

C'est la première fois que des hauts responsables du régime de Pyongyang sont aussi directement sanctionnés par Washington depuis le sommet de juin à Singapour entre le président américain Donald Trump et Kim Jong-un. Il s'agit aussi de la critique la plus virulente des autorités de Corée du Nord depuis cette rencontre historique, alors que le président américain ne cesse de clamer son amitié pour le dirigeant nord-coréen.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!