Cyberattaque: Washington sanctionne un proche de Poutine
Publié

CyberattaqueWashington sanctionne un proche de Poutine

Au total, trois personnes ont été ajoutées à la liste du Trésor. Leurs biens seront gelés.

Alexander Bastrykin, un proche de Vladimir Poutine, en 2012.

Alexander Bastrykin, un proche de Vladimir Poutine, en 2012.

AFP

Les Etats-Unis ont pris lundi de nouvelles sanctions contre la Russie en prenant pour cible un procureur proche du président Vladimir Poutine. Sont aussi visés les deux meurtriers présumés de l'opposant Alexandre Litvinenko, ex-espion du KGB empoisonné au polonium à Londres en 2006.

Le Trésor et le département d'Etat américains ont communiqué qu'ils ajoutaient trois noms (Alexander Bastrykin, Andreï Lougovoï et Dmitri Kovtoun) à la liste dite «Magnitski» du nom d'une loi américaine de 2012 qui permet de geler les biens et intérêts aux Etats-Unis de responsables russes interdits d'entrer sur le sol américain parce que jugés coupables, selon Washington, de graves violations des droits de l'Homme.

Le Trésor n'a donné aucun détail sur les trois nouveaux responsables russes visés par les sanctions, en dehors de leur nationalité russe et de leurs dates de naissance.

Selon la presse, M. Bastrykin est un procureur proche du président Poutine, patron du Comité fédéral d'investigation, l'équivalent russe du FBI américain. Il aurait conduit nombre d'enquêtes contre des opposants au chef du Kremlin.

Le thé avec Litvinenko

Les deux autres noms avancés, Andreï Lougovoï (un agent secret russe devenu parlementaire) et Dmitri Kovtoun (homme d'affaires russe) sont soupçonnés d'être directement liés à l'affaire Litvinenko, du nom de cet ex-agent du FSB (ex-KGB, services de renseignement russes) devenu opposant au Kremlin et empoisonné en novembre 2006 sur ordre probable de Moscou, selon la justice britannique

A l'époque, Alexandre Litvinenko, 43 ans, un transfuge du FSB réfugié au Royaume-Uni avait bu un thé avec Andreï Lougovoï et Dmitri Kovtoun dans un hôtel londonien. Il avait succombé peu après à un empoisonnement au polonium, une substance radioactive.

Ces nouvelles sanctions américaines contre la Russie surviennent dix jours après l'expulsion de 35 agents russes par l'administration sortante de Barack Obama et à dix jours de la prestation de serment du président élu Donald Trump, qui veut se rapprocher de Moscou.

(ats)

Votre opinion