États-Unis - Washington s’inquiète de l’état de santé d’Alexeï Navalny
Publié

États-UnisWashington s’inquiète de l’état de santé d’Alexeï Navalny

La porte-parole de la Maison-Blanche a affirmé mercredi que les États-Unis sont préoccupés par la dégradation de la santé de l’opposant russe emprisonné.

La porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki a affirmé mercredi que Washington considère l’emprisonnement d’Alexeï Navalny comme «une injustice flagrante».

La porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki a affirmé mercredi que Washington considère l’emprisonnement d’Alexeï Navalny comme «une injustice flagrante».

REUTERS

Les États-Unis se sont dit mercredi préoccupés des informations sur la détérioration de l’état de santé d’Alexeï Navalny. Le principal opposant russe, emprisonné en colonie pénitentiaire, perd la sensation de ses mains, ont indiqué ses avocats plus tôt dans la journée.

«Nous sommes inquiets des informations selon lesquelles l’état de santé de M. Navalny se détériore», a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, ajoutant que Washington considère que l’emprisonnement d’Alexeï Navalny est «motivé par des raisons politiques et une injustice flagrante».

En grève de la faim

Alexeï Navalny, qui a survécu de justesse il y a moins d’un an à un empoisonnement pour lequel il accuse le Kremlin, a annoncé le 31 mars avoir décidé d’arrêter de s’alimenter pour protester contre ses conditions de détention dans le camp numéro 2 de Pokrov, 100 km à l’est de Moscou, réputé comme l’un des plus durs.

Le militant anti-corruption affirme que l’administration pénitentiaire lui refuse l’accès à un médecin et le «torture» par privation de sommeil. Il avait déjà dit souffrir de fortes douleurs au dos et avoir perdu de la sensibilité à ses deux jambes.

Ses alliés et proches ont demandé son transfert dans un hôpital. Mais le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pour sa part jugé qu’il ne devait pas bénéficier de «conditions particulières».

Arrêté en janvier à son retour en Russie, Alexeï Navalny a été condamné à deux ans et demi de prison dans une affaire ancienne de fraude qu’il dénonce comme politique.

(AFP)

Votre opinion

44 commentaires