Publié

TENNISWawrinka: «Si les Français ne s'entraînaient pas…»

Victorieux en trois sets de Marin Cilic, le Vaudois est arrivé tard hier soir en conférence de presse. Mais il avait encore assez d'énergie pour s'amuser d'une question de nos confrères français.

par
Mathieu Aeschmann
Londres
Stan Wawrinka est satisfait d'atteindre la demi-finale sans être encore au top.

Stan Wawrinka est satisfait d'atteindre la demi-finale sans être encore au top.

FACUNDO ARRIZABALAGA, Keystone

Stan vous voilà en demi-finale du Masters pour la deuxième année consécutive. Pourtant tout n'a pas été simple ce soir ?

Je suis content d'avoir gagné ce match mais, en effet, mon niveau et ma concentration ont connu des hauts et des bas. Maintenant, c'est beau de battre le vainqueur de l'US Open sans jouer son meilleur tennis, en luttant pour trouver des solutions. On l'a dit, nous sommes nombreux à avoir de la peine à jouer un super tennis sur ce court. Au final, je préfère retenir que j'atteins la demi-finale du Masters sans être au top. C'est réjouissant.

Et vous retrouvez en demi-finale un certain Roger Federer. A moins d'une semaine de la finale de la Coupe Davis, c'est une affiche un peu bizarre, non ?

Bien sûr. Mais toute l'année aura été un peu spéciale pour moi. Alors demain (ce soir à 21h), on va tout faire pour gagner et puis, dès la fin du match, on se retrouvera derrière notre objectif commun. Lui est en train de livrer une fin de saison incroyable. Je vais devoir jouer mon meilleur tennis pour avoir une chance, surtout en indoor où il prend très facilement la direction de l'échange. Après voilà, c'est Roger. On se connaît par cœur. J'ai toujours eu des difficultés contre lui tant au niveau du jeu que pour tout ce qu'il représente. Mais je crois en mes chances.

Si vous deviez choisir entre gagner le Masters ou la Coupe Davis ?

Si je gagne demain et dimanche puis Rog ramène les trois points de la finale à Lille, ça me va très bien ! (rires) Vous savez, on ne choisit pas ce que l'on gagne…

Vous êtes très présent sur les réseaux sociaux. Est-ce que vous avez regardé les vidéos du stage de l'équipe de France et vous font-elles peur ?

J'ai vu et je n'ai pas peur. C'est normal qu'ils se préparent. Si j'avais peur, cela voudrait dire qu'ils ne s'entraînent pas durant toute l'année. C'est peut-être ce que vous pensez… (sourire) Sérieusement, Roger et moi, nous sommes au Masters en train d'enchaîner les matches contre les huit meilleurs mondiaux. S'ils ne s'entraînaient pas à fond, ça voudrait dire qu'ils n'ont rien compris.

Ton opinion