Football: Weiler: «La Super League est devenue un peu ennuyeuse»
Publié

FootballWeiler: «La Super League est devenue un peu ennuyeuse»

L’entraîneur du FC Lucerne, sacré champion de Belgique avec Anderlecht en 2017, préfère le championnat belge.

par
Tim Guillemin
Bruxelles
René Weiler se sentait bien dans le championnat belge.

René Weiler se sentait bien dans le championnat belge.

Keystone

Alors que la Suisse affronte la Belgique ce vendredi soir à Bruxelles (20h45), René Weiler a accordé une longue interview (3h30!) à «La Dernière Heure», principal quotidien sportif belge. Après la fin de son aventure avec Anderlecht à l’issue de la saison 2016-17 (champion national et quart de finaliste de l’Europa League!), le technicien a pris les rênes du FC Lucerne, ce qui a un peu étonné les Belges.

«Avec tout le respect qu’on peut avoir pour le FC Lucerne, on vous attendait dans un club plus réputé… », l’a ainsi apostrophé Christophe Franken, qui s’est déplacé jusqu’en Suisse pour rencontrer l’ancien entraîneur des Mauves. La réponse de René Weiler a été claire: «Le destin d’un entraîneur dépend de beaucoup de choses. On ne maîtrise pas tout et c’est un milieu difficile. Un milieu où beaucoup sont incapables de reconnaître les vraies qualités d’un entraîneur.»

«Ne pas perdre de vue les choses importantes»

Très sensible aux marques de respect offertes par José Mourinho et Carlo Ancelotti lors du parcours européen épatant d’Anderlecht en 2017, l’entraîneur du FCL a indiqué «avoir gardé un contact avec eux», mais ne pas être allé les visiter lors de son année sabbatique.

«J’ai beaucoup voyagé, j’ai rendu visite à de nombreux clubs de haut niveau dans les plus grands championnats. J’ai aussi lu et étudié, notamment un peu d’espagnol», a-t-il révélé, tout en indiquant avoir pris du temps pour sa famille. «J’ai choisi Lucerne d’abord et avant tout pour elle. J’avais négligé ma femme et mes enfants ces dernières années. La vie peut être courte, il ne faut pas perdre de vue les choses importantes.» C’est également pour sa famille qu’il a refusé l’offre d’Al Shabab, en Arabie Saoudite («J’y suis allé pour discuter, mais j’ai finalement refusé. Ce n’était pas le moment idéal pour ma famille»).

Invité par le reporter de «La Dernière Heure» à comparer les championnats suisses et belges, René Weiler a donné sa préférence au second: «La compétition belge est un peu au dessus quand même. En Belgique, le championnat est intéressant et excitant, grâce à sa formule. Il y a aussi plus de moyens financiers. En Suisse, les Young Boys de Berne et le FC Bâle ont des budgets beaucoup plus grands que les autres. Ils dominent la compétition depuis des années. Pour le dire franchement, c’est devenu un peu ennuyeux.»

Votre opinion