Ski alpin – Wendy Holdener est de retour pile à l’heure
Publié

Ski alpinWendy Holdener est de retour pile à l’heure

La Schwytzoise, qui s’était blessée début octobre à l’entraînement en salle, a remis les skis juste avant la reprise du slalom. Elle s’alignera ce week-end à Levi (Finlande).

par
Sylvain Bolt
Wendy Holdener a décroché trois podiums la saison passée en slalom en slalom.

Wendy Holdener a décroché trois podiums la saison passée en slalom en slalom.

AFP

Wendy Holdener a beau pratiquer un sport à risque, ce n’est pas sur son principal lieu de travail (la neige) qu’elle a été victime de la chute qui a bouleversé sa préparation pré-hivernale, début octobre.

«Ce jour-là, en salle de force, j’étais en forme. J’ai rehaussé le caisson suédois de 5 centimètres pour y sauter à pied joint, mais c’était trop ambitieux et je suis retombée en arrière sur les deux mains, résume en souriant la Schwytzoise jointe en vidéoconférence à Levi, en Finlande. C’était un choc, mais j’étais d’abord heureuse de pouvoir bouger les poignets. La douleur est venue au fil des heures. J’ai pu directement faire des radios et il s’est avéré que c’était plus grave que ce que je pensais.»

«Je ne devais en aucun cas bouger mon poignet pendant ma pause de cinq semaines et demie»

Wendy Holdener

Le verdict est tombé assez vite: fracture des deux scaphoïdes. Au moins un mois d’arrêt. «Le docteur Schweizer, à Zurich, a été formel: je ne devais en aucun cas bouger mon poignet pendant ma pause de cinq semaines et demi, précise la double championne du monde du combiné. Du coup, ça m’a bien calmée.»

La Suissesse a dû logiquement faire l’impasse sur la reprise à Sölden et a peaufiné sa préparation physique en l’adaptant à ses deux poignets munis d’attelles. «Jai évité les activités physiques "à risque", pour ne surtout pas retomber dessus, souligne-t-elle. On me donnait des poids, j’étais bien entourée.»

Retour sur des portes d’enfants

Et puis il y a eu un premier retour sur la neige, sans bâtons, début novembre. Un premier signal positif avant le rendez-vous fatidique du vendredi 12 novembre à l’Universitätsklinik de Balgrist à Zurich. «Je n’étais pas très confiante, j’ai pensé que je devrais «dealer» mon retour avec le médecin, sourit la Schwytzoise. Mais il m’a directement montré les radios et en me précisant qu’elles étaient positives. Là, j’ai reçu le feu vert pour disputer les slaloms de Levi si je ne ressentais pas de douleurs à l’entraînement. C’était un sentiment fou!»

La joie se lit encore sur le visage de la Schwytzoise, qui a attaqué dès le lendemain l’entraînement avec des piquets de slalom pour enfants, plus souples et légers. «J’avais un peu d’appréhension et j’ai eu besoin d’aide pour enfiler mes chaussures de ski ou pour fermer ma combinaison, explique la skieuse d’Unteriberg. On a dû couper la manche de la veste et agrandir les gants pour faire passer l’attelle. Mais tout s’est bien passé!»

«Sur la neige, j’étais stupéfaite, je n’ai pas ressenti de douleurs, mais il me manque de la force car mon os doit encore se durcir»

Wendy Holdener

C’est cette semaine seulement à Levi (mercredi et jeudi), que la Suissesse a pu se mesurer à de véritables piquets de Coupe du monde. «Je mets du tape sur mon poignet, car quand il est à l’horizontale et que je frappe un piquet, je ne ressens pas de douleurs, précise l’athlète de 28 ans. On a coupé le gant afin que je ne doive pas en enfiler un trop large qui risque de me gêner dans la prise du bâton. J’ai aussi raboté les poignées de mes bâtons afin de mieux pouvoir les agripper. Et j’ai pu enfiler une attelle plus petite.»

De sérieuses rivales

Et ces premiers virages en Laponie finlandaise lui ont laissé de bonnes impressions. «Sur la neige, j’étais stupéfaite, je n’ai pas ressenti de douleurs, mais il me manque de la force car mon os doit encore se durcir, souligne la Suissesse. J’ai eu des crampes après la session d’entraînement, la preuve que j’ai pu me dépenser.»

Conquérante, Wendy Holdener fera donc son «comeback» samedi et dimanche lors des deux slaloms disputés à Levi. Celle qui attend toujours une première victoire en slalom après 27 podiums aura de sérieuses rivales, entre l’explosion de l’Autrichienne Katharina Liensberger et ses rivales historiques Mikaela Shiffrin et Petra Vlhova. «Tout repart à zéro et je suis très motivée», résume la Suissesse, qui avait déjà été perturbée par une blessure avant la saison passée et avait réalisé un hiver un peu en deçà de ses standards habituels.

La suite? «Je vais déjà voir comment cela se passe en compétition ce week-end, puis je verrai si je m’aligne lors du géant de Killington, sachant que j’ai effectué un seul jour de géant et sans les bâtons.»

Votre opinion