10.11.2016 à 09:59

Ski alpinWendy Holdener, l'atout suisse en Finlande

Trois semaines après le «prologue» de Sölden, la Coupe du monde reprend ce week-end avec les slaloms de Levi en Finlande.

Wendy Holdener à Sölden.

Wendy Holdener à Sölden.

Archives/photo d'illustration, Keystone

Les Suisses auront l'occasion ce week-end de poursuivre sur leur lancée du début de saison.

Le camp helvétique reste sur un week-end faste à Sölden, marqué par le triomphe de Lara Gut en géant. La Tessinoise, qui ne s'aventure guère en slalom, n'est pas présente à Levi. Du coup, c'est sur Wendy Holdener que reposent samedi (10h/13h) les principaux espoirs de podium.

La Schwytzoise est entrée du bon pied dans la saison avec une 16e place à Sölden, pas loin de son meilleur résultat en géant. La voilà désormais de retour en slalom, sa discipline de parade, dans laquelle elle était no 3 mondiale l'hiver dernier.

Victorieuse début 2016 de ses premières courses en Coupe du monde, en slalom parallèle et en combiné, Wendy Holdener doit dorénavant viser un succès dans un «vrai» slalom. Le hic pour la skieuse de 23 ans, de même que pour toutes ses collègues, c'est que les victoires en slalom sont accaparées depuis plusieurs années par Mikaela Shiffrin.

L'Américaine gagne quasiment tous les slaloms auxquels elle participe, et souvent avec une avance colossale. Ce n'est que quand elle est blessée, comme pendant deux mois l'hiver dernier, qu'elle cède un peu de sa gloire à ses habituelles dauphines.

Annoncée cette saison comme la principale rivale de Lara Gut pour le classement général, Mikaela Shiffrin a bien redémarré à Sölden avec une 2e place. Mais à Levi, c'est la victoire, et rien que la victoire qu'elle convoite. Wendy Holdener et Cie sont donc prévenues: il faudra se surpasser pour battre le prodige du Colorado.

No 2 suisse en slalom, Michelle Gisin part en quête de constance cette saison. L'Obwaldienne a les armes pour s'approcher des podiums, mais elle a été jusqu'ici trop souvent trahie par ses nerfs. Quant à la no 3 de l'équipe, Charlotte Chable, elle ne sera pas présente à Levi. Blessée début octobre à une cheville, la Vaudoise reviendra plus tard dans la saison.

Une disette de 7 ans

Pour le slalom messieurs de dimanche, la Suisse dispose aussi de plusieurs cartes intéressantes, à commencer par celle incarnée par Daniel Yule. Le skieur du val Ferret a gagné en régularité l'hiver dernier, bouclé au 13e rang mondial. Et il n'a pas été loin d'un premier grand coup d'éclat en mars à St-Moritz, où il avait gagné la manche initiale avant de rétrograder à la 11e place finale.

Le reste de l'équipe de Suisse, à forte coloration valaisanne, ne manque pas non plus de talent. Justin Murisier, qui se concentre désormais sur le géant (7e à Sölden), n'est certes pas présent à Levi, mais les Luca Aerni, Ramon Zenhäusern, Loïc Meillard et autre Marc Rochat seront bien au départ.

Encore jeune, cette équipe de Suisse doit continuer, dès dimanche, à gravir les échelons vers l'élite. Et si tout se passe bien, elle peut même rêver à terme d'un podium. Celui-ci est devenu un objet rare dans le camp helvétique, sachant qu'aucun slalomeur suisse n'est monté «sur la boîte» depuis janvier 2010 et une 2e place de Silvan Zurbriggen à Schladming.

Ce slalom inaugural de l'hiver sera aussi marqué par l'absence du no 1 mondial, Henrik Kristoffersen. Le Norvégien a renoncé à Levi pour protester contre sa Fédération, qui lui refuse la présence d'un sponsor privé sur son casque.

L'absence d'Henrik Kristoffersen laisse le champ libre aux autres cracks du slalom, Marcel Hirscher en tête. L'Allemand Felix Neureuther et le Suédois Andre Myhrer seront aussi à surveiller de près, tout comme le Français Alexis Pinturault, vainqueur avec brio à Sölden et qui semble plus fort que jamais.

Levi (FIN). Coupe du monde. Slaloms. Samedi: dames (10h/13h). Dimanche: messieurs (10h/13h).

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!