Basketball: William Van Rooij: «A Nyon, il y a du potentiel»

Publié

BasketballWilliam Van Rooij: «A Nyon, il y a du potentiel»

Le capitaine de l’équipe de la Côte estime qu’il faudra encore un peu de temps pour trouver l’alchimie dans le groupe mais pour lui «cela va dans la bonne direction». À vérifier ce samedi à 17 h 30 contre Mulhouse au Rocher.

par
Christian Maillard
William Van Rooij se réjouit de retrouver les Lions de Genève qu’il espère «prenables».

William Van Rooij se réjouit de retrouver les Lions de Genève qu’il espère «prenables».

DR/PIERRE MAILLARD

Finaliste de la dernière Coupe de Suisse et une belle sixième place lors du dernier championnat, le BBC Nyon, qui s’est bien renforcé cet été, est prêt à confirmer cette saison avec de légitimes ambitions. Capitaine du club de la Côte, William Van Rooij fait le point alors que les joueurs de Stefan Ivanovic défient Mulhouse (NM1) en match de préparation (le dernier avant la reprise) ce samedi à 17 h 30 au Rocher.

William, à trois semaines de votre premier match de championnat (le 9 octobre face à Monthey au Rocher) comment se passe votre préparation jusqu’à maintenant?

Pour l’instant, cela se passe bien. On doit évidemment encore se roder avec deux à trois réglages à effectuer car on a changé pas mal de joueurs dans l’équipe, mais on est sur la bonne voie. À part deux à trois joueurs qui travaillent à côté et qui ne peuvent pas toujours être dispo à 100% de leur temps, l’effectif est au complet. On touche du bois, ce n’est pas toutes les années le cas.

Le club a changé de président (Jérôme Darbre a relayé Xavier Paredes) mais reste toujours dans la continuité avec le même coach et la même philosophie?

Absolument! Le vice-président devient président et il sera très bien dans son nouveau rôle, la ligne de change pas, on va dans la même direction. La physionomie du club est identique. Le coach a aussi un an de plus et beaucoup plus d’expérience après une première saison en LNA exemplaire. Là, nous avons toutes les cartes en main pour faire quelque chose de beau.

‹‹Nous avons toutes les cartes en main pour faire quelque chose de beau.››

William Van Rooij, capitaine du BBC Nyon

Après une finale de Coupe de Suisse et une belle sixième place, qu’attendez-vous de cette saison, quelles sont vos ambitions?

Confirmer ou faire encore mieux, ce serait idéal, mais cela va être compliqué car les clubs suisses ont beaucoup bougé et se sont également tous bien renforcés. Maintenant, il est évident que par rapport à notre dernier parcours et à ce qu’on pense valoir avec notre effectif, notre objectif est de faire le mieux possible, on verra bien.

Êtes-vous satisfait de vos matches de préparation?

On a disputé quatre matches avec un dernier mardi contre les Français de Pont-de-Chéruy où on a perdu d’une vingtaine de points. Ce n’était pas terrible. Mais je dois avouer que pas mal de joueurs sont arrivés sur le tard. Moi j’ai dû m’absenter deux semaines par exemple et on n’a pas encore pu tous s’entraîner ensemble si ce n’est par petits groupes. C’est compliqué pour le coach et notre cohésion mais l’alchimie va prendre, j’en suis convaincu. Il va falloir un peu de temps pour se mettre dans le bain et se lancer correctement, mais chacun va finir par trouver sa place dans l’équipe. On a tout de même montré deux à trois belles choses jusqu’à maintenant. Je pense qu’à Nyon, il y a du potentiel, c’est juste une question de rythme.

Derrière Fribourg qui reste un ogre, Genève qui s’est bien renforcé et Massagno toujours aussi redoutable, Nyon peut-il briguer la 4e place?

Fribourg s’est bien renforcé et Genève aussi mais avec un nouveau coach cela risque de changer l’éthique de travail du groupe et de sa manière de jouer. On peut parfois avoir tous les joueurs qu’on veut mais si on n’arrive pas à créer une équipe, elle pourrait être prenable. De toute manière, on se dit qu’on va considérer toutes les équipes de la même manière quand on va jouer contre elles. Notre but est de les battre à chaque fois tout en gardant en tête qu’il y a des formations qui se sont plus renforcées que d’autres. On verra bien.

Contrairement à bien des équipes, vous ne commencerez votre championnat qu’une semaine plus tard, cela vous donne un peu plus de temps pour trouver vos automatismes?

Comme il y a 11 équipes dans le championnat, il y a à chaque fois une formation au repos, ce qui nous permettra en effet d’avoir une semaine de plus pour nous préparer. Même si on se réjouit tous de commencer la saison dès maintenant, on va pouvoir aussi décortiquer tous nos adversaires avant de les affronter, ce n’est pas plus mal. En attendant, on joue ce samedi à domicile contre Mulhouse où on espère bien se rapprocher de ce que sera notre équipe à la reprise contre Monthey.

Les allées et venues au Rocher

Ton opinion