Publié

tennisWimbledon - Serena Williams encore impitoyable avec Sharapova (PAPIER GENERAL-ACTUALISATION)

Par Ludovic LUPPINO Londres, 9 juil 2015 (AFP) - La N.1 mondiale Serena Williams, encore sans pitié avec Maria Sharapova, a rejoint l'Espagnole Garbine Muguruza en finale de Wimbledon, où elle briguera samedi une sixième couronne, la 21e en Grand Chelem.

Proche du record de Steffi Graf, lauréate 22 trophées majeurs, la reine Serena est toujours en course pour réaliser le Grand Chelem sur une année calendaire, comme la star allemande l'avait fait en 1988. Elle a déjà fait la moitié du chemin en remportant l'Open d'Australie et Roland-Garros, après avoir achevé la saison 2014 avec un sixième US Open, le troisième d'affilée. Il lui reste donc huit matches à remporter pour égaler Graf: la finale samedi sur le "Centre Court", pour la première fois depuis 2012, et sept autres rencontres lors de la compétition new-yorkaise (31 août-13 septembre). Elle pourrait alors se pencher sur un autre record - absolu - établi par l'Australienne Magaret Court, 24 fois titrée en "Majeurs" entre 1960 et 1973. A bientôt 34 ans (le 26 septembre), la cadette des soeurs Williams, qui ne veut plus entendre parler de record, a déjà l'opportunité de réaliser le Grand Chelem sur deux ans, une prouesse qu'elle a déjà réussie entre 2002 et 2003. Si elle réédite sa prestation de haut vol contre Sharapova, l'Américaine devrait y parvenir. Grâce à sa puissance incomparable et un service efficace (13 aces), elle a maté la Tsarine pour la 17e fois d'affilée (18 succès à 2 au total). La Sibérienne de 28 ans, qui ne l'a plus battue depuis onze ans, et ne lui a plus pris un set en six rencontres, a vite souffert de sa force de frappe. La N.1 mondiale a plié l'affaire en 1h19, sans devoir défendre une seule balle de break. Rapidement sous l'eau dans la première manche, Sharapova s'est accrochée. Mais à vouloir à tout prix tenir le bras de fer contre l'Américaine en fond de court, la lauréate de l'édition 2004 s'est brûlé les ailes. A 2-2, la solidité de Williams dans l'échange et ses accélérations en coup droit ont encore fait la différence. L'Américaine, qui connaît par coeur la stratégie de la Russe, a inscrit deux jeux consécutifs. Menée 0-30 sur son service à 4-3, elle a catapulté quatre services puissants pour tuer dans l'oeuf la rébellion de Sharapova, incapable de trouver des solutions. Les trois aces sur son dernier jeu ont fini par achever la "Tsarine". Après cette démonstration de force, Serena aborde la finale avec une énorme confiance. Mais elle devra toutefois se méfier de l'athlétique Muguruza, qui l'avait surprise au deuxième tour de Roland-Garros l'an passé (6-2, 6-2). La Barcelonaise d'origine vénézuélienne a apprivoisé le gazon et est en passe de devenir la deuxième Espagnole, après Conchita Martinez en 1994, à soulever le "Venus Rosewater Dish". La 20e mondiale - qui intégrera le Top 10 pour la première fois lundi - a déjà mis fin à 19 ans d'attente dans son pays en marchant sur les traces de l'illustre Arantxa Sanchez, finaliste en 1995 et 1996. Novice à ce niveau en Grand Chelem, la jeune femme (21 ans) a surmonté son manque d'expérience par sa fougue et sa puissance face à la Polonaise Agnieszka Radwanska, finaliste en 2012. Victorieuse 6-2, 3-6, 6-3 de ce match accroché, l'Espagnole a multiplié les coups gagnants (39 contre 16). Sa nervosité l'a rattrapée lorsqu'elle a mené 3-1 dans la deuxième manche. Mais elle a réagi dans le dernier acte en mettant à mal la défense de Radwanska par sa puissance "J'ai travaillé toute ma vie pour ça. Je ne trouve pas les mots", a affirmé, émue, Muguruza. "C'était un match difficile. Agnieszka a tellement d'expérience, mais je n'ai jamais cessé de me battre", a ajouté la 20e mondiale, dont les parents devraient rallier Londres pour la finale. ll/tba

(AFP)

Ton opinion