Windows 11 officialisé, une annonce tire-larmes
Actualisé

CommentaireWindows 11 existe et on va le rencontrer

Microsoft a officialisé, jeudi, l’existence d’une prochaine mise à jour majeure de son système d’exploitation. On en aurait presque pleuré.

par
Jean-Charles Canet
Le grand patron de Microsoft noue la gerbe à la fin de la présentation de Windows 11. 

Le grand patron de Microsoft noue la gerbe à la fin de la présentation de Windows 11.

dr.

D’abord, il y a eu la croyance qu’il n’y aurait plus jamais de nouvelle version de Windows, plus que des évolutions avec un compteur qui s’arrêterait à 10. Ensuite, il y a eu des fuites, des grosses, air connu. Enfin, il y a eu la confirmation de Microsoft, jeudi soir, heure suisse. Windows 11 existe, il sera proposé sous la forme d’une mise à jour gratuite pour les ordinateurs déjà équipé de Windows 10. Le système complet sortira du bois déjà cet été pour certains, cet automne pour d’autres, voire plutôt vers la fin de l’année selon les pronostiqueurs les plus prudents. Microsoft n’étant guère clair sur la question.

Souvenirs d’enfance

Le système d’exploitation de l’ère Satya Nadella a été officiellement dévoilé via une longue vidéo qui court après la magnificence des présentations d’Apple sous l’ère Covid-19, sans toutefois l’atteindre. Cadres de Microsoft en tenue «casual proche du peuple», décors au design épuré, gestuelle extrêmement travaillée et accent poussé sur l’émotion, les souvenirs d’enfance en particulier. Une larme a presque perlé de notre œil droit.

Esthétique maison de verre

De ce tout nouveau système d’exploitation, on retient son esthétique ligne claire - maison de verre (on aime), la mise au centre de la barre des tâches, l’intégration de plus en plus poussée de l’écosystème Xbox pour les jeux vidéo, la mise sous le boisseau de Skype au profit du service de visioconférence Teams et l’ouverture aux applications Android, du moins celles proposées dans le store d’Amazon (pas celui de Google, faut pas pousser mémé dans les orties). Il y eut aussi des tas de promesses. Promesse de performance, promesse de simplicité, promesse d’épanouissement autant de la productivité que de la créativité. Un beau programme, ma foi, mais un peu toujours le même quel que soit l’ingénieur, qui ne veut bien sûr qu’une seule chose, notre bonheur.

Malédiction à conjurer

La grande question sera néanmoins de déterminer si Microsoft parviendra à conjurer la malédiction qui veut qu’après toute nouvelle version de Windows réussie (et Windows 10 l’était), la version suivante est condamnée à être ratée. Ce qu’on en a aperçu jeudi soir laisse penser que ce ne sera pas le cas. Mais ce n’est que de la comm’.

Votre opinion

4 commentaires