Publié

Montreux JazzWoodkid, gourou du cinquantième

Hier soir, avec sa carte blanche au Stravinski, le chanteur français a offert le concert événement tant attendu.

par
Caroline Piccinin

Devant nous, un rideau blanc cache la scène. Soudain, c’est la voix de Mathieu Jaton qui perce l’attente et qui annonce enfin Woodkid. Les lumières se tamisent, des «Welcome to the children on planet Earth» retentissent et le rideau tombe enfin après une intro de plus de 3 minutes.

Yoann Lemoine apparaît au centre d’une sorte de dôme, comme le chœur d’une église futuriste. Derrière lui, le Sinfonietta de Lausanne et une chorale de fillettes.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!