21.06.2019 à 17:48

FootballXamax déRape... puis Régale!

Hormis sur ses affiches, Neuchâtel Xamax ne manque ni d’«R» ni d’idées. Il vient de retourner une bourde en bonne action.

par
Mathieu Aeschmann
Twitter/nicolaeschiau

La coquille, comme on l’appelle, est une spécialité journalistique. C’est un lapsus, un oubli, un blanc. Rien ne sert de chercher comment elle a pu se glisser jusqu’au milieu d’un texte ou d’un titre, c’est ainsi. Inexcusable et pourtant tellement commun. Ce constat a dû torturer le service communication de NE Xamax durant toute la matinée de vendredi. Pourquoi? Parce que jeudi, les premières affiches pour la campagne d’abonnement affichait un étRange oubli. Jugez plutôt.

«À la Maladière, les vrais se retouvent !» Soit. Mais à condition de ne pas se «pede»… On rigole et, dès jeudi soir, Twitter a commencé à en faire autant. Rien de grave, ni ne méchant. Mais la coquille avait quand même tout d’un autogoal de mauvais augure à un mois de la reprise. Alors NE Xamax a réagi, vite et bien. «Oups, une faute de fRRRape s’est glissée sur 2 affiches de notre campagne d’abonnement, écrivait vendredi après-midi le club neuchâtelois via Twitter. Le premier qui corrige une affiche incriminée et nous envoie un selfie recevra un vRai abo en Tribune D ou C.»

Rapide et généreuse, la réaction pourrait presque faire croire que les miraculés du barrage ont fait exprès. «Certains nous ont soupçonné mais on ne peut quand même pas se le permettre, réagit Sébastien Egger, le responsable de la communication. C’est une coquille qu’il a bien fallu prendre avec humour. Lorsque l’agence de communication nous a remis les visuels, on est plusieurs à les avoir vérifiés. Mais ce sont souvent les coquilles les plus grosses qui passent inaperçues. On s’en est d’ailleurs rendu compte qu’avec les photos publiées sur les réseaux sociaux.»

Une mauvaise surprise, vite transformée en belle opération marketing. «On a échangé quelques messages avec le vice-président Grégory Binggeli et on a vite décidé qu’il fallait réagir avec humour via les réseaux sociaux. On se serait bien passé de cette petite angoisse. Mais au final, si cela fait parler, le but est atteint.» Voilà comment en 24h, Xamax a retouvé son «R», ses esprits et la face.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!