Football - Xamax repart d’une feuille blanche
Publié

FootballXamax repart d’une feuille blanche

Après avoir sauvé leur place en Challenge League sur le fil la saison dernière, les «rouge et noir» aspirent à un exercice moins crispant. L’entraîneur Andrea Binotto se veut confiant.

par
Emile Perrin
Andrea Binotto a pu construire une équipe à même d’appliquer ses principes de jeu.

Andrea Binotto a pu construire une équipe à même d’appliquer ses principes de jeu.

Claudio De Capitani/freshfocus

Le 23 juillet prochain, Neuchâtel Xamax recevra Aarau pour lancer sa saison 2021-2022 de Challenge League. Avec 16 départs et neuf arrivées, les mouvements ont été nombreux. À la Maladière, l’objectif premier consiste à tirer un trait définitif sur un exercice ô combien compliqué et repartir sur des bases qui permettront à Andrea Binotto de mettre en place ses principes de jeu.

«Le chantier était énorme. Après le dernier match de la saison à Chiasso (ndlr: le 20 mai), je n’ai pas décroché. Nous n’avions pas le choix si nous voulions nous donner les chances de repartir du bon pied», assure l’entraîneur neuchâtelois, qui a pu construire un groupe plus apte à appliquer ses principes de jeu.

«Nous ne sommes pas allés chercher un gardien No 2»

Andrea Binotto, entraîneur de Xamax

«Il faut oublier la saison dernière, où seul le maintien importait. J’avais choisi, par contrainte, un système que j’estimais être le meilleur pour nous permettre d’obtenir les points nécessaires pour conserver notre place en Challenge League. Pour cette nouvelle saison, j’avais envie de repartir avec un système différent. Je suis adepte d’une défense à quatre. Je veux une équipe joueuse, qui construit depuis l’arrière, qui percute sur les couloirs, qui joue moins dans la verticalité», détaille Andrea Binotto.

L’heure est donc au nouveau départ à la Maladière. «Les joueurs qui nous ont rejoints n’ont pas dans leur disque dur la difficile saison écoulée, continue l’entraîneur xamaxien, satisfait du mercato. Nous avons gardé ceux qui peuvent faire partie de notre projet. Nous aurions voulu conserver l’un ou l’autre élément, mais certains ont émis le désir de partir. Mais globalement, j’estime que nous avons effectué des choix judicieux.»

Laurent Walthert «dégradé»

Au bénéfice d’un contrat jusqu’en juin 2022, les deux tauliers que sont Laurent Walthert et Raphaël Nuzzolo sont toujours là. Un constat pas forcément si évident au terme de la saison dernière, qui avait été marquée par des échanges assez virulents par médias interposés entre les deux cadres et le président Jean-François Collet. «Les joueurs ont dit ce qu’ils avaient sur le cœur. Aujourd’hui, les choses sont claires. On ne fait pas toujours tout juste ou tout faux. Tout le monde a mis de l’eau dans son vin pour que nous tirions tous à la même corde, pour extraire le meilleur de ceux qui sont là», explique Andrea Binotto.

Chose certaine: Laurent Walthert n’aura plus le brassard de capitaine de Xamax. Chose probable: il pourrait être poussé vers le banc…

Chose certaine: Laurent Walthert n’aura plus le brassard de capitaine de Xamax. Chose probable: il pourrait être poussé vers le banc…

Freshfocus

Reste que l’arrivée du portier de Rodez Théo Guivarch pousse clairement Laurent Walthert vers le banc. «Nous ne sommes pas allés chercher un gardien No 2, confirme Andrea Binotto. Mais je ne connais Théo Guivarch que depuis deux jours. C’est le terrain qui décidera qui sera titulaire. Je prendrai le temps pour déterminer qui entamera la saison contre Aarau.»

«Je n’ai pas reçu d’objectif précis en termes de rang de la part des dirigeants»

Andrea Binotto

Signe de la «rétrogradation» de Laurent Walthert, le coach a décidé de lui retirer le capitanat pour le confier à Mike Gomes. «Je préfère qu’un joueur de champ porte le brassard. C’est un choix qui m’appartient. Mike Gomes représente parfaitement le club. Il répond toujours présent et il est exemplaire dans l’attitude. Ce choix s’imposait naturellement», explique encore le mentor xamaxien.

A la Maladière, le nouveau capitaine et les autres anciens auront également pour «mission» d’encadrer les quelques jeunes qui ont pointé leurs crampons la saison dernière. «Des joueurs comme Morina, Saiz, Hummel ou Rodriguez font partie du contingent. C’est la preuve que nous comptons sur eux. Sur ce qu’ils ont montré en préparation, ils ont franchi un palier depuis Noël dernier. Il convient d’ajouter Epitaux, qui est quasi titulaire. Je crois en eux et je veux leur laisser la chance de jouer. Ce n’est pas une question d’être jeune ou non, mais d’être prêt ou pas», assure Andrea Binotto.

Connaître ses lacunes

A deux semaines et demie de la reprise, le Xamax 2021-2022 est sur les bons rails, selon son entraîneur. «Nous avons montré de bonnes choses contre Servette (ndlr: 2-2 samedi dernier) et Lausanne (défaite 4-2 le 25 juin). C’était plus compliqué contre Young Boys (1-4). Depuis cette semaine, avec les retours de Beloko, Berisha, Bangura et Mafouta, je peux travailler avec l’entier de l’effectif. Nous allons mettre à profit les deux matches qu’il nous reste (contre Thoune et Zurich) pour nous rapprocher du groupe qui débutera la saison. J’ai choisi de me frotter à des adversaires de calibre supérieur pour qu’ils nous montrent où se situent nos lacunes. Je préfère les connaître avant qu’après le début du championnat», relance encore Andrea Binotto.

A Neuchâtel, le premier but est clair. «Je n’ai pas reçu d’objectif précis en termes de rang de la part des dirigeants. Nous avons tous envie de connaître une saison plus sereine que la dernière, de ne pas devoir compter les points pour assurer le maintien. Nous avons du potentiel et une énorme marge de progression. Nous pouvons prétendre gêner les équipes les mieux armées», termine Andrea Binotto.

Votre opinion