Football: Xamax, un chantier qui dure trop
Publié

FootballXamax, un chantier qui dure trop

L’équipe neuchâteloise a du souci à se faire pour son avenir. «Il ne manque que les buts», disent les thuriféraires. Peut-être. Problème: sans marquer, il est impossible de gagner!

par
Jean-Claude Schertenleib, Neuchâtel

Les anciens se rappellent, des étoiles dans les yeux, le Xamax enchanteur de la grande époque. Désormais, la Maladière doit se contenter d’un Xamax en chantier. En chantier permanent. Qui dure. Qui dure trop. Les coaches se suivent, ne se ressemblent pas, l’impression reste, celle d’une équipe qui sait plutôt bien faire circuler le ballon, mais qui pèche à la conclusion, elle qui a été si longtemps Nuzzolo-dépendante et qui l’est encore.

Arrivé à Neuchâtel juste avant les fêtes de fin d’année, Andrea Binotto ne cesse de chercher des solutions. Il rêve de trouver la formule qui permettrait au ballon de passer plus rapidement d’une ligne à l’autre, de provoquer ainsi des décalages pour placer ses buteurs désignés dans des positions intéressantes. Ne resterait alors qu’à conclure. Qu’à...

Des passes «D», et des goals «G»…

En parlant l’autre jour sur la radio neuchâteloise de sa nouvelle recrue, Andrea Mutombo, Binotto avait eu cette formule intéressante à propos d’un demi-offensif qu’il connaît bien: «Je compte sur lui pour réussir la passe «D», comme décisive.» Vendredi soir, dès son entrée après la pause, Mutombo a montré quelques aspects de ses possibilités, même si la seule passe qui aurait pu être «D» est venue des pieds du jeune Franck Surdez, Koura étant un poil court sur cette affaire-là.

Face à ce Xamax qui n’a en revanche pas son pareil pour se compliquer la tâche – d’où une lenteur excessive des mouvements -, le FC Thoune s’est régalé. En pleine fine depuis la reprise, l’équipe bernoise a rappelé trois fois que simplicité rimait avec efficacité. Deux contre-attaques de manuel pour les deux premiers buts, un une-deux parfait dans la verticalité pour le troisième: le football est joyeux quand il devient facile. Il devient facile quand ses acteurs sont joyeux.

Sur le papier, la formation de la Maladière vaut beaucoup plus que l’avant-dernière place du championnat de Challenge League. Mais attention, les matches s’enchaînent et il sera de plus en plus compliqué d’émerger de cette spirale négative. Dans les semaines à venir, les Neuchâtelois ont besoin de nombreuses passes «D» et, surtout, du maximum possible de goals «G»!

Pour les détails du match, cliquez ici.

Votre opinion