Publié

MotocyclismeY a-t-il une «Affaire Lorenzo»?

Il y a un mois, à Silverstone, «lematin.ch» se posait déjà la question: «Et si Jorge Lorenzo, incapable de trouver la solution avec la Honda, renonçait?» En Aragon, depuis quelques jours, on ne parle que de cela...

par
Sport-Center
Image: Twitter

Image: Twitter

Une fourmilière est toujours en activité, le paddock MotoGP aussi. Parce qu’il est un petit monde à lui tout seul, qui vit quasi en totale autarcie, chaque fait, chaque geste sont observés en permanence. Chaque parole y est écoutée - les murs, qui ne sont pas faits de briques, ont des oreilles -, répétée, amplifiée, traduite et généralement déformée.

La décision de KTM, qui a annoncé mardi à son pilote Johann Zarco que sa saison était terminée – le Français avait demandé, en Autriche, d’être libéré de son contrat à la fin de l’année –, a agi comme le bâton de celui qui veux exciter cette fameuse fourmilière. Rappel: à Silverstone, lematin.ch avait été contacté par un personnage qui compte dans le milieu et qui est très proche du patron de Dorna, M. Carmelo Ezpeleta. Question dudit personnage: «Et si, dans le contrat qui lie Jorge Lorenzo et Honda, figurait une clause qui permettrait à l’employeur de se libérer de son employé, pour manque de performances? Et si, la place devenant ainsi libre, Alberto Puig (le manager du HRC), qui a toujours eu beaucoup de considération pour Zarco, profitait de la nouvelle situation?»

Ce scénario, qui semblait utopique il y a encore un mois est devenu, selon nos informations, un projet. A un point tel que dans le paddock d’Aragon, on a entendu l’une de ses fourmis qui se disait prête à parier: «Johann pilotera une Honda dans deux semaines au GP de Thaïlande!» Auteur du vingtième chrono des qualifications, Lorenzo perd plus de 2 secondes sur son équipier Marquez. Mais déclare: «Dans ma tête, la formule «je renonce, maintenant» n’existe pas.»

----------

MARQUEZ: PHYSIQUE, LA HONDA?

S’il est certes encore marqué par sa longue convalescence, consécutive à deux chutes survenues lors de tests en Catalogne, puis lors des essais aux Pays-Bas, Jorge Lorenzo n’y arrive tout simplement pas avec la Honda RC213V. Est-elle trop «physique»? La question a été posée à celui qui domine totalement le championnat à son guidon, Marc Marquez: «Oui, elle est physique. Mais c’est la course et nous sommes des athlètes.»

----------

BANDE VERTE, SÉVÉRITÉ ACCRUE!

Comme on l’imaginait, on a beaucoup parlé, vendredi soir lors de la réunion de la commission de sécurité, de la problématique de l’utilisation des bandes vertes qui délimitent la piste. Parce que, dans le dernier tour du GP de San Marino Moto2, Augusto Fernandez en a profité au maximum, avant d’asséner le coup final à Fabio Di Giannantonio. Aux essais, dès qu’un pilote «mord» sur la fameuse bande verte, son tour est annulé; en course, il y avait jusqu’à présent un avertissement après la quatrième erreur et une pénalité – soit un «long lap», un tour allongé de quelques mètres, soit une punition en temps – à la cinquième. Dorénavant, chaque pilote pris en flagrant délit dans le dernier tour et qui aurait, par cette action, gagner une place, devra la rendre. On se réjouit de voir tout cela dans les faits.

----------

LÜTHI, UN TOUR PRESQUE PARFAIT

Parce qu’il n’avait plus qu’un seul jeu de pneus neufs pour les qualifications, Thomas Lüthi a opté pour une tactique particulière: «Je suis parti après tout le monde, car je voulais être seul en piste. J’ai pu tout donner, ce fut un tour presque parfait, même s’il me manque encore un ou deux dixièmes pour être tout devant. Mais en course, nous aurons notre chance. Objectif? Le podium!» Précision: pour ne pas entrer en concurrence télévisuelle avec le GP de Singapour F1, la course MotoGP (départ à 13 heures) est placée avant la Moto2 (14 h 30).

----------

AEGERTER: UN MUR ET UN SOURIRE

On l’avait laissé triste vendredi soir, on l’a presque retrouvé souriant samedi, même si les chiffres ne sont pas glorieux. 24e des qualifications, Dominique Aegerter ne s’élancera que de la huitième ligne de la grille de départ: «Mes sensations sont nettement meilleures que vendredi; problème, les progrès réalisés se sont arrêtés contre un mur, que nous n’arrivons pas à passer.» La suite du programme? «Beaucoup de choses à faire, avant de partir pour un voyage de près de six semaines. La plus importante? Signer un contrat!»

----------

JESKO RAFFIN FAIT LE JOB

22e de la hiérarchie Moto2, le Zurichois Jesko Raffin est mitigé: «En termes d’écarts, et en tenant compte du fait que je n’étais plus monté sur une Moto2 depuis six mois, c’est acceptable. Mais je suis déçu, car j’aurais voulu pouvoir donner plus à l’équipe, qui a mis à ma disposition une moto sur laquelle je me suis tout de suite senti bien. Il a peu manqué pour un tour très rapide, mais le rythme de la course devrait être intéressant.» Enfin, le Fribourgeois Jason Dupasquier, pour qui c’est le dernier week-end en Rookies Cup, a été victime d’une chute spectaculaire lors de la première des deux courses; sans mal pour lui.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!