Football: Yann Sommer: «J’ai essayé d’entrer dans sa tête»

Publié

FootballYann Sommer: «J’ai essayé d’entrer dans sa tête»

Le portier de l’équipe de Suisse a encore arrêté un penalty sous le maillot de l’équipe nationale mardi. Il a contribué au succès 2-1 contre la République Tchèque.

par
Valentin Schnorhk
(Saint-Gall)
Yann Sommer a stoppé le penalty de Tomas Soucek à Saint-Gall mardi.

Yann Sommer a stoppé le penalty de Tomas Soucek à Saint-Gall mardi.

AFP

Tomas Soucek l’a appris à ses dépens mardi soir: rares sont les compétitions qui résistent encore au talent sur penalty de Yann Sommer. La Coupe du monde en est une. En 2018, lors du dernier match de poules contre le Costa Rica, Bryan Ruiz avait touché la barre avant que son essai ne rebondisse malheureusement sur le dos du portier suisse. Se rattrapera-t-il cet hiver au Qatar? «J’espère qu’il n’y aura pas de penalty contre nous», s’est-il marré après la victoire 2-1 contre la République Tchèque. Il y a d’autres projections à avoir, quoi qu’il en soit.

Yann Sommer, que retenir de ce succès, qui a révélé une certaine fragilité?

C’est vrai que la République Tchèque a eu des occasions. Il faut dire qu’ils ont des qualités offensives et qu’ils ont joué beaucoup de longs ballons et de duels. Mais je crois que nous avons fait plutôt un bon match, en nous créant pas mal d’opportunités. Nous aurions pu marquer plus de buts. Mais à la fin, ce sont les trois points et le maintien en Ligue A.

Qu’avez-vous appris de ces deux derniers matches de Ligue des nations, contre l’Espagne et la République Tchèque?

Ce sont deux matches qui nous donnent de la confiance. Il y a de quoi être positif pour la suite. D’autant plus que ce furent deux rencontres très différentes. Contre l’Espagne, nous avons surtout défendu, alors que nous avons eu plus le ballon face à la République Tchèque. Nous devions faire le match.

«Défensivement, nous avons bien travaillé cette semaine»

Yann Sommer, gardien de l’équipe de Suisse

Avez-vous le sentiment que la Suisse a progressé cette semaine?

Nous faisons toujours des progrès quand nous passons du temps ensemble. Et puis, avec deux victoires en deux matches contre de grosses nations, c’est encourageant. Je crois que défensivement, nous avons bien travaillé. Contre l’Espagne par exemple, il fallait se montrer compacts et fermer les espaces, et nous y sommes parvenus. C’est un point très important en vue de la Coupe du monde.

Racontez-nous tout de même ce penalty arrêté. Comment l’avez-vous appréhendé?

Je crois que Soucek n’avait jamais tiré de penalty, alors je n’ai pas pu l’étudier. Mais j’ai essayé d’entrer dans sa tête et, sur ce coup, ça a fonctionné.

Ton opinion