Publié

Présidentielle au SénégalYoussou N'Dour appelle «à manifester dans la paix»

Le chanteur sénégalais, dont la candidature a été rejetée par le Conseil constitutionnel, a appelé mardi à «manifester dans la paix» contre le «coup d'Etat» qu'est selon lui la validation de la candidature Wade.

Youssou N'Dour: «Ils ont peur de moi, je suis majoritaire au Sénégal. Je suis le recours.»

Youssou N'Dour: «Ils ont peur de moi, je suis majoritaire au Sénégal. Je suis le recours.»

AFP

"Je demande à la majorité de sortir et venir manifester dans la paix pour mettre fin à ce coup d'Etat", a déclaré Youssou N'Dour lors d'une conférence de presse.

"Il y aura des initiatives qui vont bloquer le pays", a-t-il dit sans toutefois dire lesquelles, ajoutant: "Nous avons une stratégie autour du refus du coup d'Etat civil qu'on ne voit pas, mais qu'on vit".

Selon le célèbre chanteur, "ce qui compte aujourd'hui c'est qu'on aille pas" à l'élection présidentielle prévue en février, en refusant "d'annoncer une quelconque alliance" ou d'appeler à voter pour un des nombreux candidats d'opposition qui se présenteront face au président Abdoulaye Wade.

Il a "exigé la démission des cinq membres du Conseil constitutionnel" qui selon lui "ont pris le risque d'annuler ma candidature". "Ils ont peur de moi, je suis majoritaire au Sénégal. Je suis le recours", a-t-il affirmé.

Invitation

N'Dour a invité "les cinq sages (membres du Conseil constitutionnel) à venir à la grande mosquée de Yoff (banlieue de Dakar) vendredi prochain jurer devant Dieu comment ils ont compté mes signatures".

Le Conseil constitutionnel a invalidé la candidature de Youssou N'Dour au motif qu'il n'avait pas présenté un nombre suffisant de signatures valides pour le soutenir.

Le chanteur a fait ces déclarations au moment où se tient à Dakar un rassemblement de l'opposition et de la société civile, regroupés au sein du Mouvement du 23 juin (M23).

Ce rassemblement contre la nouvelle candidature du président Wade, 85 ans et au pouvoir depuis douze ans, faisait craindre des dérapages après des violences qui ont déjà fait trois morts en trois jours.

Comme Youssou N'Dour, le M23 qualifie cette candidature de "coup d'Etat constitutionnel", arguant que Abdoulaye Wade a épuisé ses deux mandats légaux (élection en 2000, réélection en 2007), ce que récusent ses partisans qui soulignent qu'il est en droit de se représenter après des modifications de la Constitution.

(AFP)

Votre opinion