Actualisé 04.02.2019 à 06:59

Youtube: vers une suppression des dislikes?

Web

La plateforme phare de Google souhaite limiter l'utilisation du bouton «J'aime pas».

par
CBO
Les différentes solutions n'ont pour l'instant qu'été légèrement discutées.

Les différentes solutions n'ont pour l'instant qu'été légèrement discutées.

iStock

Spécificité bien connue des internautes, les boutons «like/dislike» de YouTube sont présents sur la plateforme depuis sa création en 2005. À l'origine, une barre séparée entre «pouces verts» et «pouces rouges» signalait la popularité ou non d'une vidéo. Jugés trop négatifs par YouTube, les pouces rouges ont fait place à une barre verte, dont la taille variait en fonction du ratio like/dislike. Encore considéré comme négative, cette barre verte est finalement devenue bleue.

Malgré toutes ces précautions, YouTube reste vulnérable face aux attaques de ce qu'on appelle les «dislikes mobs», des masses de gens qui s'organisent pour aller disliker des vidéos en masse, souvent sans même les regarder. L'exemple emblématique reste d'ailleurs celui du «YouTube Rewind»: mise en ligne en décembre 2018, la vidéo qui résume l'année de la plateforme est devenue la plus dislikée de l'histoire.

A priori inoffensive sur une vidéo produite par YouTube comme celle du Rewind, la pratique du «Dislike Mob» peut avoir des conséquences sur de plus petites chaînes. La faute à l'algorithme de recommandation du site. Si il recense un trop grand nombre de dislikes, les vidéos en question seront moins, voire pas du tout, poussées vers les internautes du site.

Différentes solutions possibles

Comme le rapporte Slate.fr, la plateforme a récemment posté une vidéo dans laquelle Tom Leung, directeur de management de projets chez YouTube, explique les différentes options discutées en interne.

Une solution proposée serait de ne pas afficher par défaut les likes et les dislikes, en laissant au Youtuber le choix des les rétablir ou pas. Une autre serait de demander à chaque internaute qui dislike pourquoi il a pris cette décision. Plusieurs réponses seraient alors proposées, mais la mise en place d'une telle option serait très compliquée selon Tom Leung.

Leung considère une autre option, celle de rendre YouTube similaire à Facebook. C'est-à-dire avec la seule possibilité de dire «J'aime». Il s'agirait de ne plus rendre public le nombre de dislike, voire même de les supprimer purement et simplement.

Toutes ces différentes options ne sont pour l'instant qu'au stade d'ébauche. Si aucune n'est jugée satisfaisante, Tom Leung assure que le système actuel restera en place, faute de mieux.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!