Football: Yverdon Sport en Challenge League? «On doit encore y croire»
Publié

FootballYverdon Sport en Challenge League? «On doit encore y croire»

Alors que son club a été privé de promotion par l'ASF, Florian Gudit, milieu d'YS, ne veut pas s'y résoudre.

par
Sport-Center
Florian Gudit (à g.) à la lutte avec l'attaquant de NE Xamax Raphaël Nuzzolo lors d'un match de Coupe Suisse à l'été 2018.

Florian Gudit (à g.) à la lutte avec l'attaquant de NE Xamax Raphaël Nuzzolo lors d'un match de Coupe Suisse à l'été 2018.

Keystone

Voilà une semaine déjà que le couperet est tombé. Solide leader de Promotion League avant la pause forcée en raison de la pandémie de Covid-19, Yverdon-Sport, qui évolue dans une ligue amateur mais dont les structures n’ont rien à envier à celles de clubs de Challenge League, ne pourra pas monter à l’échelon supérieur, selon la décision prise par l’Association suisse de football d’annuler la saison – année blanche, pas de promotion ni de relégation.

Si l’on a pas mal entendu la colère du président Mario Di Pietrantonio dans les jours qui ont suivi, la parole des acteurs du pré se fait beaucoup plus rare. Milieu de terrain d’YS depuis cinq saisons, Florian Gudit n’en revient toujours pas. «On a beau avoir quelques jours de recul, je n’arrive franchement pas à y croire. C’était tellement important pour nous et pour la ville que l’on retourne en deuxième division. Joint par téléphone jeudi matin, celui qui est passé par l’équipe de Suisse chez les jeunes va plus loin. À l’heure actuelle, il est impensable de repartir en Promotion League.»

«Ce n’est pas fini»

Bien parti pour se faire une place dans le onze de base du nouveau coach Jean-Michel Aeby après la trêve hivernale, l’Yverdonnois de 26 ans a beaucoup aimé la missive envoyée à l’ASF par le syndic de la ville, Jean-Daniel Carrard, dont la Municipalité s’est dite «choquée par une décision inéquitable». «C’est un magnifique soutien pour nous. Moi, les joueurs, le président, on a tous envie d’y croire. Et on doit encore y croire. Je croise des gens dans la rue qui me disent 'nous sommes désolés pour vous'. Mais je leur réponds que ce n’est pas fini. Les choses bougent quasi tous les jours.»

Interrogé par Keystone-ATS sur le cas d’Yverdon, Dominique Blanc a pourtant semblé inflexible cette semaine. «Si on commence à faire des exceptions, il n’y plus de règles», a notamment dit le président de l’ASF. Mais le passage à une Super League à 12 équipes pourrait changer la donne. «Imaginons que cela ne reprenne pas. Le LS et GC montent et la Challenge League se retrouve à 8? On doit pouvoir monter aussi. De plus, des clubs vont peut-être connaître des soucis financiers en raison de la crise. C’est moche à dire, mais les malheurs de certains pourraient aussi nous aider…»

En attendant de connaître l’issue finale pour son club de cœur, Florian Gudit va continuer de passer devant le nouveau stade en travaux tous les jours, sur le chemin du travail. Avec l’espoir de s’y rendre un jour dans la peau d’un joueur de Challenge League.

Jérémy Santallo

Votre opinion