Football - Yverdon Sport, le temps de l’allégresse
Publié

FootballYverdon Sport, le temps de l’allégresse

La promotion des Yverdonnois en Challenge League ne fait plus aucun doute. Elle pourrait devenir officielle samedi en début de soirée. La récompense après des années de frustration.

par
Florian Vaney
Jean-Luc Auboeuf

Les dernières scènes de liesse et de joie intense au Stade Municipal datent d’il y a quatre ans. Jour d’une claque infligée à Gossau et d’un retour autoritaire en Promotion League. Un bonheur éphémère. Elles-mêmes avaient été précédées d’une longue traversée du désert, faite de bien plus de souffrance et de frustration que de n’importe quelle émotion positive.

Depuis, il y a eu le froid, et un premier échec dans la quête d’un retour en Challenge League face au glacial Kriens. Puis la défaite à petit feu, l’année suivante contre le bouillant Stade-Lausanne-Ouchy. Enfin, l’an dernier, la tempête, qui a balayé sur son passage une saison entière et les plus récents espoirs d’Yverdon Sport.

Alors dans le Nord vaudois, on ne se gêne pas pour le dire: les coups reçus rendent la revanche actuelle encore bien plus savoureuse. «Il ne faut pas croire que notre promotion réjouisse tout le monde autour de nous. Mais ça n’a aucune importance. Cette saison, c’est notre saison! Et celle de toute la région», apprécie le président Mario Di Pietrantonio.

Faire mieux que Carouge samedi

Promotion il y aura si Yverdon Sport réalise un meilleur résultat samedi face à Cham qu’Etoile Carouge contre Rapperswil. Et si tel ne devait pas être le cas, il resterait quatre balles de match aux Verts pour rendre le verdict officiel. Sans faire injure à l’humilité nord-vaudoise, l’affaire est réglée et les derniers détails ne sont qu’affaire de temps.

Celui vécu par Yverdon est à l’allégresse, enfin. Les années galères sont derrières. Elles resteront comme une page plus sombre de l’histoire du club, mais ne feront pas oublier qu’YS n’est nulle part plus à sa place qu’en Ligue nationale. Même s’il a fallu qu’un homme se décarcasse comme aucun autre pour lui permettre de refaire surface parmi les grands du pays.

La victoire de l’exigence

Cela étant dit, le succès des Yverdonnois n’est pas le mérite d’un seul homme, mais celui de l’exigence. De son directoire, bien sûr, réputé pour offrir des conditions avantageuses mais prêt à se débarrasser sans hésiter de n’importe quel élément un tant soit peu en dessous du lot. De son staff, également, incarné en premier lieu par Jean-Michel Aeby, coach émérite d’une équipe bâtie pour gagner. Les ego, la pression, les conditions changeantes comme jamais: l’entraîneur genevois n’avait pas la tâche facile, il l’a gérée à merveille.

«Cette saison, c’est notre saison!»

Mario Di Pietrantonio, président d’Yverdon Sport

Reste encore les joueurs. Ceux qui piétinent la Promotion League depuis bientôt deux ans. Une défaite la saison dernière, une défaite cette saison et c’est tout. L’emblématique capitaine Mustafa Sejmenovic (déjà présent il y a dix ans lorsque Yverdon Sport avait quitté la Challenge League) et ses coéquipiers n’ont rien laissé à personne. Il y a les leaders bien sûr. Sergio Cortelezzi et ses 15 buts, William Le Pogam et sa polyvalente classe défensive, Norman Peyretti et son sens de la percussion… Le fait est qu’YS peut s’appuyer sur un onze extrêmement équilibré et sur le meilleur banc de la ligue. Rien de plus logique, dès lors, de le retrouver si haut.

Quoi qu’il en soit, les promotions faciles n’existent pas. Yverdon Sport n’a même pas à quitter le Stade Municipal s'il cherche un exemple pour l’illustrer. Une fois de plus, ça ne rendra ce titre que plus beau, une fois que le dernier obstacle sera franchi. Et si ça devait être pour samedi? «On resterait très sobre, au regard des conditions actuelles. En tout cas, il n’y a rien de prévu, prévient Mario Di Pietrantonio. Ce que je souhaite, c’est qu’on profite de chaque instant à partir de maintenant. De chaque entraînement, de chaque match, de chaque sortie. Parce que les moments de calme et de bonheur comme celui-ci sont rares dans le football.»

Votre opinion