Football: Yvon Mvogo: «Non, on n'a pas fait de pari!»

Publié

FootballYvon Mvogo: «Non, on n'a pas fait de pari!»

Le troisième gardien de l'équipe de Suisse est le coéquipier en club du titulaire hongrois Peter Gulacsi.

par
Tim Guillemin
Feusisberg (SZ)
Yvon Mvogo a montré qu'il était en forme à l'entraînement. Mais tout indique qu'il ne jouera ni samedi, ni mardi.

Yvon Mvogo a montré qu'il était en forme à l'entraînement. Mais tout indique qu'il ne jouera ni samedi, ni mardi.

Keystone

Invité-surprise de la sélection de Vladimir Petkovic, Yvon Mvogo se donne à fond à l'entraînement. Le Fribourgeois de 23 ans le sait, il n'a quasiment aucune chance de jouer que ce soit samedi face à la Hongrie ou mardi au Portugal. Cela ne l'empêche pas de tout donner, lui qui ne doit sa place dans le groupe qu'à l'infection dentaire dont souffre Roman Bürki.

Jeudi, à la fin de la séance d'entraînement de l'équipe de Suisse, le portier s'est même permis de chambrer ses coéquipiers. Les Suisses terminent en effet chaque séance par un petit jeu fort sympathique. Le gardien relance très fort en direction des seize mètres, où un joueur doit amortir du mieux qu'il le peut et, sur la touche suivante, essayer de marquer. Un exercice compliqué pour les attaquants, surtout que Mvogo était en forme jeudi.

Le gardien a en effet stoppé ou détourné les dix premiers tirs, se moquant alors ouvertement de ses coéquipiers. Mauvaise idée: le suivant sur la liste s'appelait Granit Xhaka. Le Gunner a parfaitement amorti le missile envoyé par Mvogo, avant de frapper en force, du gauche, dans son petit filet. Le portier, dès lors, n'a plus dit un mot! Un petit épisode sympa, qui montre bien l'excellent état d'esprit régnant au sein de ce groupe.

«La Hongrie a envie de nous embêter»

Un peu plus tôt, le Fribourgeois avait accepté de parler un peu de ses débuts en club avec le RB Leipzig. Arrivé cet été à l'est de l'Allemagne, Mvogo est pour l'instant clairement le numéro 2 derrière Peter Gulacsi. Il assure ne ressentir aucune frustration… pour le moment.

«J'ai déjà vécu cette situation dans ma carrière, à YB. Ce n'est pas nouveau. Je vais travailler pour tenter de m'imposer, comme je l'ai toujours fait. Pour l'instant, tout va bien. C'est sûr que si, dans une année, mon statut est toujours le même, il faudra se poser les bonnes questions. Mais pour l'heure, je continue à travailler et à tout faire pour gagner ma place.»

Des paroles sages d'un joueur ambitieux, mais réaliste. Gulacsi (27 ans) était le gardien titulaire la saison dernière déjà lorsque Leipzig a terminé en deuxième position, à la surprise générale. Qualifié directement en Ligue des champions, le RB n'y brille pour l'instant pas et Mvogo aura sans doute sa chance à un moment ou l'autre. S'il la saisit aussi bien qu'à YB, il restera dans les buts pour un long moment.

En attendant, Mvogo et Gulacsi se retrouveront samedi à Saint-Jacques. Avec la même configuration qu'en club: le Suisse sera remplaçant, le Hongrois titulaire. «C'est un bon gardien, rien à dire. On a parlé ces derniers temps, il m'a dit que la Hongrie, déjà éliminée, allait jouer sans pression. Ils ont envie de nous embêter, ça c'est sûr. Même s'il leur manque quelques joueurs, ils seront redoutables», prévient Mvogo.

Les deux hommes ont-ils d'ailleurs effectué un pari sur le score final? «Non, pas du tout», coupe le Fribourgeois. L'enjeu de ce match suffit à le rendre passionnant pour l'équipe de Suisse.

Ton opinion