Actualisé 27.03.2019 à 07:30

Hockey sur glaceZoug a totalement éteint Lausanne

Le premier acte de la demi-finale de National League a permis aux Zougois de proposer un récital défensif au LHC (3-1).

par
Grégory Beaud
Zoug
Keystone

Lorsque l'on arrive à la fin du match et qu'il faut regarder ses notes pour trouver trace d'une action dangereuse du Lausanne HC, ce n'est jamais bon signe. Et lorsque l'on peine à mettre le stylo sur la moindre occurrence, c'est encore pire. Hier soir, les Vaudois se sont montrés terriblement empruntés au moment de mettre en danger Tobias Stephan. La seule action qui a débouché sur un but est finalement sortie de nulle part. Christoph Bertschy était certes au bon endroit, mais c'était bien l'unique fois ou la présumée première s'est mise à son avantage.

La raison de ce terrible manque de percussion offensive? L'absence de Dustin Jeffrey en est forcément une. Le meilleur joueur du Lausanne HC a cruellement manqué à ses compères de lignes, Christoph Bertschy et Joel Vermin. Inexistant, Mike Partanen a tout juste servi à remplir un maillot durant 60 minutes. Mais il est difficile de blâmer le Finlandais. Le costume qu'il devait endosser, celui de Dustin Jeffrey, n'est tout simplement pas taillé pour lui. Et comme il n'avait pas joué depuis une vingtaine de jours, il n'a jamais paru dans le rythme.

Tout moins bien

Si le premier trio a constamment été bouffé, que dire de l'entier de l'attaque lausannoise? Les treize joueurs offensifs ont totalisé treize tirs. Et rares ont été les envois dangereux. Cantonnés en périphérie, les Lausannois ont permis à leur futur gardien, Tobias Stephan, de passer une soirée pour le moins agréable. La défense du EVZ l'a bien aidé en bloquant bon nombre de tirs vaudois. Le Zougois Carl Klingberg a lui, tout seul, totalisé six tirs. Quelle différence d'impact.

Plus inquiétant encore? Lorsqu'il devait revenir au score, Lausanne n'a rien montré. Revenu au score un peu par hasard, le LHC n'a jamais été capable de mettre du rythme dans la partie. Preuve en est ces quatre (oui, oui, quatre) tirs cadrés en dernière période. Et trois de ces quatre ont été pris lors des quatre dernières minutes. C'est à dire qu'entre 40'01'' et 55'24'', Tobias Stephan n'a eu qu'un tir à freiner. On a eu connu plus rageuse comme furia...

Il faut tout de même faire attention aux conclusions hâtives en ce début de série. Une raison principale pousse à la prudence: la gestion de la zone neutre. Car durant une vingtaine de minutes, Lausanne a sacrément embêté Zoug en zone neutre. Le système défensif mis en place par Ville Peltonen a bien fonctionné et il a fallu une pénalité inutile de Jonas Junland pour tout dérégler. En donnant un cross-check stupide, le défenseur suédois n'a pas rendu service à son équipe. Sur son premier power-play, l'équipe locale a pris le large et ne s'est plus retournée.

Défensivement, Lausanne a tenu la route. C'est déjà ça. Reste à savoir si Ville Peltonen trouvera un moyen de prendre à défaut une arrière-garde zougoise imperméable au possible hier soir.

Zoug - Lausanne 3-1 (0-0 2-1 1-0) Bossard Arena, 7148 spectateurs. Arbitres: MM. Hebeisen, Salonen (Fin); Wüst et Progin. Buts 22e Klingberg (Martschini/5 c 4) 1-0. 32e Zgraggen (Leuenberger) 2-0. 35e Bertschy (Vermin) 2-1. 43e Lammer (Alatalo) 3-1. Zoug Stephan; Diaz, Morant; Schlumpf, Zgraggen, Thiry, Alatalo; Stalder; Klinberg, Roe, Simion; Martschini, Flynn, Suri; Lammer, McIntyre, Leuenberger; Albrecht, Senteler, Schnyder; Zehnder. Entraîneur: Tangnes. Lausanne Zurkirchen; Trutmann, Grossmann; Junland, Genazzi; Lindbohm, Frick; Nodari; Moy, Emmerton, Kenins; Bertschy, Vermin, Partanen; Zangger, Froidevaux, Leone; Antonietti, In-Albon, Taber; Herren. Entraîneur: Peltonen. Notes Zoug sans Everberg (blessé), Oejdemark ni Zryd (surnuméraires); Lausanne sans Mitchell, Jeffrey (blessés) Borlat ni Schelling (surnuméraires). Lausanne sans gardien de 58’04’’ à la fin du match. Pénalités 1 x 2’ contre Zoug; 2 x 2’ contre Lausanne.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!