Environnement: Zurich doit faire une croix sur les énergies fossiles
Publié

EnvironnementZurich doit faire une croix sur les énergies fossiles

Une alliance majoritaire en ville de Zurich veut que la cité de Zwingli n'émette plus de CO2 d'ici 2030. Pure illusion, protestent ses opposants.

par
Pascal Schmuck
Zurich
La ville de Zurich veut réduire drastiquement ses émission de CO2.

La ville de Zurich veut réduire drastiquement ses émission de CO2.

Keystone

Une alliance rose-vert comprenant également les Verts'Libéreaux , les Évangéliques et les Alternatifs, propose que la Ville de Zurich aille plus loin que l'objectif des 2000 watts et une tonne de CO2 par an fixé pour 2050 pour chaque citoyen. Elle veut que la limite soit ramenée à «zéro émission» d'ici 2030, explique le «Tages-Anzeiger».

Actuellement, chaque Zurichois émet huit tonnes de CO2 par an et les cinq partis, qui contrôlent les deux tiers du parlement municipal, se divisent encore sur les mesures à prendre mais la ville pourrait subventionner le remplacement des installations de chauffages au gaz et au mazout par des pompes à chaleur.

Lots de mesures à l'étude

Les vélos pourraient se voir offrir des pistes cyclables plus larges et les voitures électriques pourraient bénéficier d'avantages comme plus de places de stationnement ou l'utilisation des voies pour bus. Quant aux transports publics, ils seront encore développés.

La Ville de Zurich pourrait également interdire la promotion de produits nuisibles au climat sur ses espaces publicitaires, parallèlement à des campagnes de sensibilisation. Elle pourrait également faire pression sur les banques pour qu'elles cessent d'investir des dizaines de milliards de francs dans des technologies nuisibles au climat. Une pression qui pourrait s'exercer par le biais du fonds de pension de la ville.

Les premières victimes pourraient être les systèmes de chauffage au gaz naturel, qui devraient désormais inclure du gaz neutre en CO2. Ce dernier pourrait être produit à l'aide d'électricité renouvelable qui proviendrait de panneaux solaires installés sur les toits de la ville. Mais cela nécessitera d'importants investissements, reconnaît Georg Klingler de Greenpeace.

Irréalistes et sans illusion

Tous ces efforts vont mettre la pression sur les Zurichois, comme le soulignent le PLR et l'UDC qui qualifient ces objectifs d'«illusoires» et surtout la date de 2030, trop proche. «Le PLR soutient le projet de 2000 watts et est prêt à promouvoir des approches novatrices, mais le sérieux de la politique souffre de promesses irréalistes», s'inquiète Michael Schmid, chef du groupe PLR.

L'UDC se fait une joie de souligner les contradictions de l'alliance. Qui s'est prononcée en faveur d'un nouveau centre sportif à Oerlikon, comprenant une piscine couverte et une patinoire ouverte toute l'année et donc très gourmand en émissions de CO2, rappelle le chef du groupe Roger Bartholdi.

Personne au sein de l'alliance ne s'imagine que les Zurichois remplissent les objectifs en onze ans à peine mais à leurs yeux, ce programme permettra de créer la base juridique pour des mesures efficaces. Le dernier mot reviendra de toutes façons au peuple. En 2008, il s'était prononcé à plus de 76% en faveur de l'objectif de 2000 watts, qui semblait déjà à l'époque bien utopique.

Votre opinion