Actualisé 06.08.2019 à 09:30

Zurich se prépare à une super parade antispéciste

Suisse

La communauté végane monte en puissance en Suisse. A l'occasion d'une marche pour les droits des animaux, elle donne rendez-vous à tous ses adeptes à Zurich le 17 août.

par
Eric Felley
Si l'on en juge par l'affiche de l'événement, c'est presque un Arche de Noé qui risque de défiler à Zurich le samedi 17 août avec les véganes suisses.

Si l'on en juge par l'affiche de l'événement, c'est presque un Arche de Noé qui risque de défiler à Zurich le samedi 17 août avec les véganes suisses.

DR

Après la Gay Pride ou la Street Parade dédiée à la musique techno, voici une nouvelle parade qui va remplir les rues de Zurich le 17 août prochain. Intitulée The Official Animal Rights March, la manifestation se veut dorénavant un rendez-vous annuel appelé à monter en puissance chez les véganes et les antispécistes de Suisse et d'ailleurs.

«Inspirer les humains»

Le concept a été lancé à Londres en 2016. «Le but de la marche est d’unir la communauté végane dans le monde entier, note le site alémanique vegane.ch et d’inspirer les humains à s’engager en faveur des animaux au quotidien et les encourager à devenir actifs dans leur entourage.» En 2018, quelque 25 000 personnes y ont participé dans diverses villes dans le monde. Cette année, les organisateurs espèrent réunir quelques milliers de personnes pour la cause sur les bords de la Limmat.

Dénoncer les mauvais traitements

Si l'événement est organisé en Suisse alémanique, certains Romands seront de la partie. Porte-parole de l'association Pour l'égalité animale (PEA), Fabien Truffer va très probablement s'y rendre. La PEA s'est illustrée ces derniers mois en dénonçant les mauvais traitements dans les abattoirs de Martigny (VS) ou des Ponts-de-Martel (NE). Au mois de juin, elle a remis à la Chancellerie d'État de Neuchâtel une pétition avec 4200 signatures pour dénoncer les services vétérinaires qui n'ont pas appliqué la loi en connaissant les infractions. En Valais, elle avait dénoncé l'abattoir au Ministère public: «Nous utilisons la justice pour défendre nos valeurs, note le porte-parole, mais nous n'avons pas de problème avec la justice...»

Multiples associations

Figure du mouvement antispéciste, Virginia Markus espère pouvoir se rendre à la manifestation: «Il y a aura de nombreux Romands. Aujourd'hui plusieurs associations sont actives en Suisse romande, comme PEA, la Ligue suisse contre l'expérimentation animale, 269 Libération Animale ou encore Anonymous for the voiceless, chacune avec ses spécificités. L'association Co&xister, que nous avons créée avec Pierrick Destraz, accompagne la cohabitation entre humain-e-s animaux par le biais de sauvetages ou de réorientation professionnelle d'anciens éleveurs. Nous allons d'ailleurs sous peu créer notre propre refuge pour animaux. La complémentarité des actions associatives permet de toucher toutes les strates de la population.»

Répression révélatrice

Il reste que les antispécistes, notamment après le caillassage de boucheries à Genève, sont dans le collimateur des polices cantonale: «De par ses revendications radicales, le mouvement n'échappe pas à la répression politique, constate Virginia Markus. Un activiste antispéciste, Matthias, est incarcéré à Champ-Dollon depuis huit mois et sa détention vient d'être prolongée de deux mois. L'acharnement judiciaire que subissent les militants dissidents dont je fais partie, est révélateur des dysfonctionnements de notre société qui préfère protéger des intérêts économiques plutôt que la dignité animale et humaine.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!